Cet article date de plus de 7 ans

Le coût élevé du logement, facteur de grande pauvreté, en Ile-de-France

Le prix des locations en Ile-de-France contribue à faire vivre de nombreux habitants sous le seuil de pauvreté souligne une étude parue ce mercredi.
© FREDERICK FLORIN / AFP
Le coût très élevé du logement engendre une grande pauvreté en Île-de-France. C’est ce qui ressort d'une étude réalisée par l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France (IAU). Quelque 350.000 ménages franciliens, soit 7% de ceux disposant d'un logement en Ile-de-France, n'ont pas les moyens de faire face aux dépenses vitales que sont la nourriture et l'habillement. Le coût du logement est devenu trop important pour eux.

140.000 de ces ménages, installés au sein du parc locatif privé, doivent trouver de quoi payer un loyer mensuel moyen de 541 euros, avec en moyenne un revenu de 826 euros, précise l'étude.  Le "reste à vivre" de ces ménages, malgré des aides au logement de 134 euros perçues par 54% d'entre eux, les place loin en deça du seuil de pauvreté de 589 euros, établi par Eurostat, la commission européenne des statistiques.

Près de 126.000 ménages, qui sont eux locataires du parc social, sont dans une situation similaire avec un « reste à vivre » de 414 euros par mois, un seuil considéré comme insuffisant en France pour s'habiller et se nourrir, selon l'AFP.

Les propriétaires ne sont pas épargnés. D’après l’étude, 76.000 ménages propriétaires de leur logement sont également touchés par cette pauvreté. Car même si 58 % d'entre eux ont fini de rembourser leurs emprunts, les charges et travaux d'entretien sont trop importants par rapport à leurs revenus, et ils éprouvent de grandes difficultés à finir leur mois.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement immobilier