Le rappeur Rohff mis en examen pour "violences volontaires en réunion avec préméditation"

Publié le Mis à jour le
Écrit par OC, avec AFP

Le rappeur Rohff, de son vrai nom  est soupçonné d'avoir participé à une bagarre dans une boutique distribuant les vêtements de la marque de son rival Booba à Paris.

Le rappeur Rohff a été mis en examen ce jeudi 24 avril pour "violences volontaires en réunion, avec préméditation" ayant entraîné une incapacité totale de travail (ITT) supérieure à huit jours, a indiqué son avocat Francis Terquem.



Agé de 36 ans, il devait comparaître dans l'après-midi devant un juge spécialisé qui statuera sur son éventuel placement en détention provisoire, demandé par le parquet de Paris.



Selon son avocat, Rohff a "reconnu avoir donné certains coups à cet employé" mais "il n'a pas dit avec qui il se trouvait" lors de cette bagarre parce qu'il affirme "ne pas le savoir", a précisé Me Terquem.



Le rappeur Rohff est soupçonné d'avoir participé à une bagarre dans une boutique distribuant les vêtements de la marque de son rival Booba, à Paris. Un vendeur de 19 ans a été grièvement blessé, frappé à coups de poing et à coups de pied et a dû être hospitalisé. Son pronostic vital a été réservé pendant quelques heures mais il était sorti du coma mardi en début d'après-midi et a pu être brièvement entendu par les enquêteurs.



Le rappeur s'était rendu de lui-même à la police quelques heures après cette rixe, accompagné de son avocat, mardi vers 4h00 du matin, "pour s'expliquer", selon une source proche de l'enquête. Le chanteur était depuis placé en garde à vue. 



Cet épisode a marqué une nouvelle étape dans l'affrontement entre les deux artistes qui en étaient restés jusque-là aux mots et à des attitudes provocatrices. Les deux prochains concerts de Rohff, vendredi et samedi à Lyon et à Strasbourg, ont été annulés.



Avec 1,4 million d'albums vendus, Rohff, 36 ans, est considéré comme l'un des plus grands rappeurs de sa génération. Booba, 37 ans, a obtenu un disque d'or avec son album "Mauvais oeil".



>> Découvrez le reportage que nous avions fait sur place au lendemain de l'agression : 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité