• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris battu, mais Paris sacré. #FierDeParis

© Twitter / @PSG_inside
© Twitter / @PSG_inside

Avec le nul de Monaco face à Guingamp (1-1), Paris était assuré de conserver son titre avant même de jouer. Ce mercredi soir, face à Rennes, les Parisiens ont finalement concédé leur première défaite de la saison dans leur enceinte sur le score de 2 buts à 1. Paris a perdu, mais Paris est Champion.

Par Olivier Couvreur

Tout avait pourtant bien commencé au Parc des Princes. Avant le coup d'envoi même. Dans le vestiaire des Parisiens, on apprend aux joueurs que Monaco a concédé le nul face à Guingamp : le championnat est donc gagné, Paris est assuré quoi qu'il arrive ce mercredi soir face à Rennes, de conserver son titre, le quatrième de son histoire, le deuxième consécutif. Un club qui conserve son titre, ce n'était pas arrivé en Ligue 1 depuis Lyon en 2007-2008. 

Tout avait donc bien commencé. Surtout que Lavezzi trouvait la bonne idée de montrer les crocs d'entrée : El Pocho ouvrait le score pour les siens dès la 3e minute. Mais la suite est moins joyeuse. Après une belle entame de jeu, les Parisiens ont flanché défensivement et même collectivement. La tête déjà à la fête ? Toujours est-il qu'à la pause, leurs errements leur coûtaient cher : les Parisiens étaient menés 2 buts à 1 après des buts signés Kadir (1-1, 23e) puis Ntep sur coup franc (1-2, 27e). 

Les Rennais mènent à la mi-temps 2 buts à 1 sur la pelouse du Parc des Princes. / © FRANCK FIFE / AFP
Les Rennais mènent à la mi-temps 2 buts à 1 sur la pelouse du Parc des Princes. / © FRANCK FIFE / AFP

Une nouvelle fois, l'arbitrage tricolore a failli


Et après ? Une embellie pour Paris au moment du grand retour de Zlatan Ibrahimovic à la 57e. Le géant suédois a réussi à donner un nouveau souffle à ses coéquipiers. De bons appels, des gestes techniques de grande classe, une habitude. Bref, il n'a manqué que le but salvateur. Il n'est pas venu. Et c'est sans doute la raison pour laquelle Ibra a quitté la pelouse en tirant une tête qui n'était pas celle d'un joueur titré (il est revenu plus tard, plus souriant, avec le t-shirt de champion 2013/2014 du PSG et ses enfants). Peut-être aussi était-ce pour montrer qu'une nouvelle fois, l'arbitrage tricolore avait failli. Le PSG aurait pu bénéficier de deux pénaltys non sifflés par M. Gauthier, dont un flagrant sur Matuidi qui écopera dans la foulée d'un carton jaune pour contestation... Inutile de dire que ça a grogné sur les réseaux sociaux. Car au final, le PSG perd 2 buts à 1 le soir où il souhaite fêter son nouveau titre. 

C'est la première défaite du Paris Saint-Germain dans son jardin cette saison. Rennes, qui avec cette victoire sauve sa tête en Ligue 1, confirme son statut de bête noire du club de la capitale : n'oublions pas que les Bretons étaient les derniers à avoir battu les Parisiens chez eux. C'était le 17 novembre 2012. Mais depuis l'eau a coulé. Le PSG a été sacré. A deux reprises. Et vu son effectif et ses ambitions, et malgré les soucis de fairplay financier qui touchent le club, on imagine mal l'histoire s'arrêter là. 


>> Revivez les moments forts de la rencontre PSG-Rennes : 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le festival d'Auvers-sur-Oise dans les crèches et les entreprises

Les + Lus