Cet article date de plus de 6 ans

Annonce pour un graphiste "si possible pas juif": procédure de licenciement engagée

L'agence parisienne NSL Studio a annoncé lundi avoir engagé une procédure de licenciement contre un de ses salariés, à l'origine d'une offre d'emploi pour un graphiste "si possible pas juif", qui avait suscité une forte émotion début février.
La société "a été victime de la diffusion en son nom d'une offre d'emploi à caractère  antisémite. L'auteur de cette annonce, qui est un salarié de l'entreprise et qui avait initialement indiqué avoir subi une prise à distance de son poste informatique, a reconnu être l'auteur de cette mention et l'avoir transmise pour publication à un site spécialisé d'offres d'emploi", a indiqué l'entreprise, basée à Paris, dans un communiqué.

"L'exclusion de cette offre d'emploi à des personnes de confession juive a jeté la consternation et le discrédit sur l'entreprise. Il s'agit d'un acte odieux constitutif d'une véritable trahison de l'entreprise et qui porte à celle-ci ainsi qu'à ses salariés un tort considérable", a poursuivi NSL Sudio, qui a engagé une procédure de licenciement envers son salarié avec une mise à pied à titre conservatoire.

L'affaire avait fait le buzz début février sur Twitter, avec des centaines de messages indignés, mais aussi des réactions à la limite de l'antisémitisme.

SOS Racisme avait déposé plainte pour discrimination et la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) avait saisi le Défenseur des droits
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi justice