Cet article date de plus de 6 ans

Malgré les polémiques, Uber continue son expansion

Après Paris, Lyon, Lille, Bordeaux, Toulouse et Nice, c'est à Marseille, Nantes et Strasbourg que l'entreprise Uber étend son service UberPop contesté par les taxis mais également par les VTC.
Accessible via la populaire application sur téléphone mobile d'Uber, plate-forme électronique entre clients et VTC, UberPOP revendique des tarifs bas en proposant une mise en relation avec des conducteurs qui ne sont pas des chauffeurs dûment formés, à la fureur des taxis.

UberPOP un avenir incertain


Fin mars, la cour d'appel de Paris a repoussé sa décision sur la demande d'interdiction du service à fin septembre, considérant qu'il fallait attendre que le Conseil constitutionnel se prononce sur des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) déposées par Uber. Fin mai, le préfet du Nord a interdit ce service controversé de la société Uber au motif d'une "concurrence déloyale" vis-à-vis des taxis et véhicules de transport avec chauffeur (VTC).

En attendant les décisions de justice, Uber a préparé "dans le plus grand secret" son lancement ce lundi dans trois nouvelles villes, indique Le Figaro.  Marseille, Nantes et Strasbourg sont la prochaine étape de la société qui poursuit son expansion, "une décision stratégique", précise le directeur de l'entreprise, mais qui risque de crisper encore un peu plus ses relations avec les chauffeurs de taxi.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports urbains économie transports circulation société