Bagnolet, les Mureaux, Deuil-la-Barre… Le classement des communes les plus endettées d’Île-de-France

Bagnolet, Cachan ou encore Carrières-sous-Poissy font partie des villes en très grande difficulté financière identifiées par l’étude (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP
Bagnolet, Cachan ou encore Carrières-sous-Poissy font partie des villes en très grande difficulté financière identifiées par l’étude (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP

Une enquête du "Figaro" classe 52 villes françaises de plus de 10 000 habitants en très grande difficulté financière. Parmi elles, on trouve 14 communes franciliennes, dont Bagnolet en tête.

Par PDB / France 3 PIDF.

Sur les 52 municipalités concernées par l’enquête, un peu plus d’un quart se situent en région parisienne. La cellule data du Figaro a publié mardi une liste des villes de plus de 10 000 habitants les plus endettées de France, en se basant sur les données des différentes communes. 14 d’entre elles sont franciliennes.

En tête du classement, on trouve Bagnolet, en Seine-Saint-Denis : la Ville mettrait théoriquement 92,73 ans à atteindre un désendettement complet, si elle y consacrait l’intégralité de ses ressources. « Un record national quand la réglementation demande aux communes de pouvoir revenir à zéro en théorie en 12 ans », note l’enquête.

Bagnolet, les Mureaux et Deuil-la-Barre en tête

A noter aussi, toujours selon le quotidien, que la situation financière très difficile des municipalités n’est pas forcément causée par les décisions budgétaires des élus. Une partie des villes ont en effet contracté des emprunts toxiques autour des années 2000, et la baisse des dotations publiques de 2015 à 2017 décidée sous François Hollande joue aussi un rôle.

Les communes franciliennes citées dans l’étude 
  • Bagnolet en Seine-Saint-Denis : 1er du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 3 962 euros 92,73 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Les Mureaux dans les Yvelines : 3e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 2 720 euros ; 39,60 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Deuil-la-Barre dans le Val-d’Oise : 7e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 407 euros 24,74 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Cachan dans le Val-de-Marne : 8e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 459 euros ; 24,64 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Étampes en Essonne : 12e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 2 161 euros 20,24 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Bondy en Seine-Saint-Denis : 19e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 827 euros 16,25 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Ozoir-la-Ferrière en Seine-et-Marne : 23e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 556 euros 15,37 euros seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Carrières-sous-Poissy dans les Yvelines : 24e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 959 euros 15,21 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Noisiel en Seine-et-Marne : 27e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 943 euros 14,99 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Mennecy en Essonne : 28e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 751 euros 14,81 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Sevran en Seine-Saint-Denis : 29e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 748 euros 14,75 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Pierrefitte-sur-Seine en Seine-Saint-Denis : 30e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 667 euros 14,68 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Vaires-sur-Marne en Seine-et-Marne : 33e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 1 107 euros 13,97 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
  • Melun en Seine-et-Marne : 34e du classement, avec une dette par habitant en 2018 de 2 435 euros 13,63 ans seraient théoriquement nécessaires pour un désendettement complet si la Ville y consacrait l’intégralité de ses ressources.
Note positive, ceci dit : cinq des villes franciliennes citées dans la liste ont plutôt tendance à redresser la barre, avec une baisse de leur dette par habitant supérieure à 2 % entre 2014 et 2018. La baisse dépasse même 19 % en quatre ans dans le cas de Sevran, en Seine-Saint-Denis.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus