Cet article date de plus de 5 ans

Ce qui change pour cette rentrée scolaire 2015

Plus de 170.000 enseignants franciliens ont retrouvé ce lundi le chemin de l'école. Coup de projecteur sur les principales nouveautés de la rentrée. Les nouveaux programmes de maternelle, la création de l'enseignement moral et civique et la généralisation de la réforme de l'éducation prioritaire.
© (D.SOLLIER/MAXPPP)

LA MATERNELLE: UNE VRAIE ECOLE, PAS UN PETIT CP

Les nouveaux programmes pour la maternelle définis dans le Journal officiel, le du 26 mars 2015, vont être appliqués à partir de la rentrée, mardi 1er septembre.
La maternelle devient un cycle à part entière et non plus à cheval avec l'école élémentaire, avec une grande section qui n'est plus un "petit CP", pression précoce qui plaçait certains élèves en échec. Plutôt que d'apprendre aux élèves à compter très loin, on s'assurera par exemple d'abord qu'ils comprennent bien le sens des nombres, fussent-ils plus petits.
Ces nouveaux programmes, qui insistent sur le langage, la socialisation et le jeu, sont bien accueillis sur le papier, mais le premier syndicat du primaire craint qu'ils restent lettre morte faute de formation des enseignants

EDUCATION MORALE ET CIVIQUE

La "morale laïque" promise en 2012 par l'ancien ministre Vincent Peillon sera enseignée une heure par semaine à l'école élémentaire et deux heures par mois dans le secondaire. Cet enseignement, qui doit promouvoir les valeurs de la République, s'inscrit dans un "parcours citoyen" décidé après les attentats de janvier à Paris, qui comprend aussi une éducation aux médias. Les syndicats ont demandé sans succès un report à la rentrée 2016, jugeant ces programmes inaboutis: ils n'ont été publiés que fin juin et les manuels ne seront prêts qu'à la rentrée 2016, compliquant l'élaboration des cours.

Une "réserve citoyenne" est créée, avec des milliers de volontaires qui pourront intervenir à l'école, dont Latifa Ibn Ziaten, mère d'une des victimes de Mohamed Merah.

NE DÎTES PLUS ZEP MAIS REP

La réforme de l'éducation prioritaire, qui scolarise 20% des écoliers et des collégiens, est généralisée, avec 1.089 Réseaux d'éducation prioritaire (REP, collèges et écoles de leur secteur), dont 350 réseaux renforcés (REP+) dans les établissements les plus difficiles. Être en REP permet d'avoir des ressources spécifiques: classes réduites, travail en petits groupes, pédagogies innovantes, indemnités rehaussées pour les enseignants, scolarisation des tout-petits...

LES CE2 EVALUES EN FRANCAIS ET MATHS

Les élèves de CE2 seront donc évalués très tôt, 15 jours après la rentrée. Une évaluation "diagnostique" des écoliers en français et en maths est créée en début de CE2. Il s'agit de doter les professeurs des écoles d'outils pour repérer les difficultés de leurs élèves pour y apporter une réponse adaptée. Chaque enseignant pourra construire son évaluation en piochant dans une banque d'outils.

NOUVEAU DECOUPAGE DES ZONES DU CALENDRIER SCOLAIRE

ZONE A: académies de Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon et Poitiers.
ZONE B : académies d'Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen et Strasbourg.
ZONE C : Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse et Versailles.
Les vacances de printemps sont avancées pour tenir compte des doléances du secteur du tourisme. Le pont de l'Ascension est généralisé.

NOUVELLES PRIMES POUR LES ENSEIGNANTS

Un nouveau statut des enseignants du secondaire entre en vigueur. Il recense des missions autres que le seul face-à-face avec les élèves en classe, dont certaines sont rémunérées par de nouvelles Indemnités pour missions particulières (IMP).

PARCOURS AVENIR

De la sixième à la terminale les élèves seront formés à leur orientation à travers un "parcours avenir" construit dans chaque établissement. Parmi les modalités possibles, visites d'entreprise, stages, participation à des conférences, reportages sur des métiers, interventions de professionnels dans les classes.

GREVE EN SEPTEMBRE

Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, a annoncé que les organisations hostiles à la réforme se réuniront en intersyndicale mardi 1er septembre pour discuter d'une nouvelle grève en septembre et d'une manifestation en octobre, considérant que "le dossier n'est pas clos".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société rentrée scolaire