Conforama veut fermer sept magasins dès l’an prochain à Paris et en Île-de-France

Conforama veut fermer deux de ses trois magasins présents dans la capitale (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP
Conforama veut fermer deux de ses trois magasins présents dans la capitale (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP

Conforama a annoncé lundi la fermeture de sept magasins en Île-de-France dès 2020. Deux des trois magasins parisiens sont visés, et de nombreux emplois sont en jeu.

Par PDB/AFP

Le plan, expliqué dans les grandes lignes lundi aux syndicats, tombe à la veille des vacances d’été pour beaucoup de salariés : Conforama veut fermer 32 magasins en France dès 2020, dont sept se trouvent en région parisienne. A Paris, deux des trois magasins de l’enseigne sont ainsi promis à la fermeture.

L'information a été confirmée auprès de France 3 Paris Île-de-France par une source syndicale. Voici la liste des boutiques concernées :
 
  • Etoile (Paris)
  • Pont Neuf (Paris)
  • Chelles (77)
  • Saint-Ouen (32)
  • Vélizy (78)
  • Vitry (94)
  • Fleury-Mérogis (91)

L’entreprise, qui avait annoncé en avril une restructuration pour l’année prochaine, souhaite supprimer 1 900 postes en tout au niveau national – en incluant les emplois visés par ailleurs dans le reste des points de vente destinés à rester ouverts, au siège et au service après-vente.

Les premières lettres de licenciement dès le 1er février

Les premières lettres de licenciement devraient être envoyées le 1er janvier prochain, et le plan de suppression d’emplois devrait être, lui, finalisé au plus tard fin mars. Celui-ci devrait inclure des reclassements internes et des départs volontaires.

En France, dix boutiques de l'enseigne Maison Dépôt sont également menacées de fermeture, synonyme de 100 suppressions d’emplois supplémentaires. L’objectif du plan à Conforma serait d’« optimiser le fonctionnement » du groupe, notamment face aux magasins déficitaires.

Le comité central d'entreprise, prévu ce mardi à Torcy, annulé

Steinhoff International, la maison mère de Conforama, traverse de grosses difficulés financières. Le groupe est englué dans un scandale financier lié à des irrégularités comptables et la découverte d'un « trou » de six milliards de dollars dans ses comptes, causant la quasi-banqueroute du conglomérat en décembre 2017.

Le comité central d'entreprise (CCE) du groupe, qui devait avoir lieu ce mardi matin à Torcy – non loin du siège social du groupe à Lognes, en Seine-et-Marne – pour présenter officiellement le plan, n’a finalement pas eu lieu faute de participation des syndicats. Un autre CCE est déjà programmé pour le 11 juillet.
 

Sur le même sujet

Jacques Chirac et les agriculteurs

Les + Lus