Deux gares inaugurent des micro-crèches dans les Yvelines et en Seine-et-Marne, une première en Île-de-France

Les crèches en gare comportent entre autres une « ossature bois » anti-bruit et « une étanchéité complète à l’air côté voies ferrées » (illustration). / © 6PA/MAXPPP
Les crèches en gare comportent entre autres une « ossature bois » anti-bruit et « une étanchéité complète à l’air côté voies ferrées » (illustration). / © 6PA/MAXPPP

La SNCF et Île-de-France Mobilités ont inauguré mercredi leurs premières crèches en gare : celle de Villiers-Neauphle-Pontchartrain sur la ligne N, et celle de Dammartin-Juilly-Saint-Mard sur la ligne K. Une vingtaine de lieux pourraient bientôt ouvrir.

Par France 3 Paris IDF

Confier son bébé à une crèche juste avant de prendre son train. Comme annoncé en début d'année, deux lieux pilotes viennent d’ouvrir en Île-de-France : l’un aux abords de la gare de Villiers-Neauphle-Pontchartrain (ligne N), dans les Yvelines, et l’autre aux abords de la gare de Dammartin-Juilly-Saint-Mard (ligne K), en Seine-et-Marne. Une première en région parisienne.
La micro-crèche de Villiers, qui accueille depuis début septembre 10 enfants âgés de moins de 3 ans, est exploitée – comme l’établissement de Saint-Mard – par le réseau privé Crèche Attitude. Les deux projets, qui ont coûté chacun 500 000 euros, ont été financés à 50 % par SNCF Gares & Connexions et à 50 % par IDF Mobilités.

Des crèches conçues contre le bruit et les vibrations des gares

L’idée est, d’après la présidente de la région Valérie Pécresse, de faciliter l’organisation quotidienne des parents actifs en grande couronne : « Avoir une crèche en gare, c’est la possibilité de mieux concilier sa vie personnelle et sa vie professionnelle, et de gagner du temps pour sa famille ou ses loisirs ». Du côté de SNCF Gares & Connexions, Jacques Peynot, directeur des gares franciliennes, le projet concourt à transformer ces lieux de passage « en lieu de services ».

A noter que d’après la SNCF et IDF Mobilités, les crèches ont été spécialement conçues pour s’adapter à un environnement ferroviaire. Les lieux sont censés être protégés du bruit et des vibrations avec des « boîtes à ressort » comme fondations, une « ossature bois à haute performance environnementale et acoustique » et « une étanchéité complète à l’air côté voies ferrées ».

Contacté, IDF Mobilités explique qu’une vingtaine de projets répartis en région parisienne ont été lancés et devraient aboutir d'ici 2024.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus