Enquêtes de région - Paris Île-de-France

Un mercredi par mois à 23 heures 10 après le Soir 3.
Logo de l'émission Enquêtes de région - Paris Île-de-France

La guerre des supérettes et la mode du “fait soi-même”... Dans Enquêtes de région

Une supérette (image d'illustration). / © MAXPPP
Une supérette (image d'illustration). / © MAXPPP

Ce mois-ci, Enquêtes de région s'intéresse à la guerre des supérettes : Franprix, Monop', Carrefour... Elles se multiplient dans la capitale, et profitent de chiffres d'affaires alléchants. Autre thème ce mercredi : le "do it yourself", le fait de faire soi-même et donner du sens à sa consommation.

Par France 3 Paris IDF/ET

Revoir l'émission

# La guerre des supérettes

Vous n'allez plus au supermarché mais préférez un magasin à taille humaine. Horaires élargis et pas loin de votre domicile ? Alors ce reportage est pour vous ! Franprix, Monop', Carrefour Express, G20, Petit Casino.... En dix ans à Paris, le nombre de magasins de proximité a doublé.
Exit la petite épicerie indépendante, qui mise sur les produits de dépannage et de services ; bienvenue aux enseignes à concepts soignés et prix maîtrisés. Le chiffre d'affaires est alléchant, avec une croissance à deux chiffres. C'est aussi un changement profond de l'offre commerciale proposée aux Parisiens.

# L’âge de faire

Après les courses, les loisirs... Nous nous sommes plongés dans une tendance parisienne : le « do it yourself », le « faire soi-même » donc... Tricoter, broder, coller, fabriquer, peindre... Mais aussi réparer… Nous sommes donc tous des consommateurs et cela nous confère un certain pouvoir. Conséquence : beaucoup rationalisent leur consommation, lui donnent du sens.
Certains s'attachent à augmenter la durée de vie de leurs objets, d’autant que l’obsolescence programmée est devenue un délit en France. Un Français sur deux se dit prêt à réparer ses objets plutôt que de les jeter à condition d'avoir accès à un atelier.  Dont acte : le nombre de petites sociétés de réparation a progressé de 25 % en deux ans.

# La terre à tout prix

Le salon de l'agriculture bat son plein porte de Versailles, et c'est tout Paris qui regarde vers les champs. Avec près de 600.000 hectares de terres cultivée, notre région est l'un des greniers de l'Hexagone.

5.000 exploitations, un milliard d’euros de chiffre d’affaire par an... Mais pour combien de temps encore ? Face au Grand Paris et à la pression urbaine, il faut plus que jamais se battre pour garder ses terres.

Des dizaines de gares du nord de l'Ile-de-France affectées par une grève du nettoyage

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne