paris
ile-de-france
Choisir une région

Paname

Tous les dimanches à 12 heures 55.
Logo de l'émission Paname

Paname autour de la Villa des Arts

Paname nous emmène à la pointe sud-ouest du 18e arrondissement, dans le quartier des Grandes-Carrières. Yvan Hallouin va explorer des voies tranquilles : passage de Clichy, rue Cavallotti, rue Vauvenargues, rue Joseph-de-Maistre, et bien sûr à la Villa des Arts, un pur joyau !
 

Par Véronique Borel

Dans un passage bucolique résonnent des notes de piano… Yvan pousse les portes de la société Nebout installée depuis 1912  et classée Entreprise du Patrimoine Vivant . De père en fils, on y restaure et répare des pianos parfois centenaires, perpétuant des techniques devenues rares. Dans l’atelier, des artisans interviennent sur une dizaine de matériaux différents (fonte, feutre, bois, cuir….). Un piano est une mécanique fort complexe, une seule touche mobilisant une grande diversité de composants. Les artisans diagnostiquent, font les réglages, piquent et poncent les têtes de marteau en feutre (dont la densité a un effet sur la qualité du son), remplacent les cordes, les chevilles et les mortaises qui permettent le bon fonctionnement des touches, redonnent sa forme originelle à un clavier... Christophe Nebout a repris les rênes de la maison mais ses parents, Paule et Jacques, ne sont jamais loin. Paule nous conduit dans un des  salons d’essais, la salle des Steingraeber & Söhne,  la plus intime. Axelle la fille vient chercher Yvan pour l’emmener rue Cavallotti, à l’extrémité du passage de Clichy, l’adresse de la famille Nebout depuis six générations.

Nebout & Hamm
10 bis passage de Clichy, 75015
 


♦ Ensuite, il rencontre Colette Marchotorchino, fondatrice de l’association Eglantine. Chez elle, dans son atelier, elle coud et adapte des vêtements esthétiques et confortables pour les personnes âgées ou limitées dans leurs mouvements. « Quand on est âgé, dépendant et souffrant de douleurs, que le corps est moins souple et que les doigts sont moins agiles, enfiler une manche est un calvaire, pour le patient et  pour l’aide-soignant. 
Avoir de beaux vêtements propres, adaptés à sa morphologie, permet de garder une certaine dignité par rapport à soi et aux autres. C’est cette estime de soi qu’il faut maintenir jusqu’au dernier moment ». Sa fille Marie-Do, a repris le flambeau elle a créé une ligne de vêtements pour personnes âgées, dépendantes ou en perte d’autonomie elle adapte gratuitement les habits, mais les familles peuvent, en échange, faire un don ou adhérer à l'association Eglantine.

Association Eglantine
27 rue Vauvenargues, 75018
 

 


♦  Il laisse Colette et rejoint Frédérick Gersal à l’hôpital Bretonneau très peu connu dans Parisiens. Riche de son histoire artistique, l’hôpital a eu trois existences. De la pédiatrie en 1901, puis abandonné et squatté par des artistes pendant 10 ans. Aujourd’hui c’est un établissement pionnier et un modèle en matière d’accueil des personnes âgées.

Hôpital Bretonneau
23 rue Joseph-de-Maistre, 75018
 

 


♦ Yvan nous emmène découvrir l’École de la Propreté où il est accueilli par Mélissa Roy, adjointe en chef du centre Eugène Poubelle. Ce centre forme en trois semaines de la théorie à la pratique les agents de la propreté. Semaine 1 : théorie, cours hygiène et sécurité, postures et gestes, essai des tenues, visite d’un centre Syctom ou des égouts. Semaine 2 : ils endossent l’uniforme et passent à la pratique. Sur le terrain, ils apprennent à manier le balai, piloter le Glutton et le Tenax, des petits engins, pousser le roule-sac (sans sac dedans, on expliquera pourquoi), collecter les fins de marchés… Il y a un examen final. Le centre est très à cheval sur la ponctualité des horaires...
 


École de la Propreté
56 rue Joseph-de-Maistre, 75018


♦ Ensuite visite privée dans un lieu clos, La Villa des Arts avec Barberine Dorano, présidente de l’association de la Villa des Arts. Ce lieu a vu passer quantité d’artistes célèbres, peintres, sculpteurs, cinéastes, performers, photographes : Henri de Toulouse-Lautrec, Paul Cézanne, Paul Signac, Eugène Carrière, Jean Renoir, Raoul Dufy, Francis Picabia, Théodore Rousseau

Au-delà de son histoire artistique, la cité  présente un intérêt architectural particulier. Les principaux éléments qui la composent sont issus de la récupération des pavillons de l’Exposition universelle de 1889. Elle fut construite entre 1888 et 1890 par l’architecte Henri Cambon pour le compte de Monsieur Guéret, un industriel qui a popularisé la baignoire à eau chaude et était un grand amateur d'arts.
La Villa des Arts a failli disparaître, convoitée par des promoteurs. Les artistes se sont battus, la Ville de Paris a acheté les murs. Les artistes qui ont le privilège d’y habiter et d’y travailler apprécient le calme absolu, la lumière et l’âme du lieu.
 


Villa des Arts  
15 rue Hégésippe Moreau, 75018


♦ Pour finir Barberine Dorano emmène Yvan dans un atelier, le n° 5, le plus spectaculaire. C’était celui de Nicolas Schöffer (1912-1992), un artiste polydirectionnel : peintre, architecte, urbaniste, il devient sculpteur de la lumière, de l'espace et du temps. Il est considéré comme le père de l'art cybernétique, notamment avec son fameux CYSP 1 et son système de capteurs. Cette sculpture créée en 1956 fut l’une des premières à  répondre aux sollicitations de son environnement. 
Eléonore Schöffer, veuve de l’artiste, fait les honneurs des lieux. Surprenant ! Des sculptures en inox tournent, bougent, font des bruits et s’animent de manière complètement aléatoire et sans ordinateur !, projetant des ombres et des lumières sur une toile placé devant la sculpture. Psychédélique ! Des études ont révélé que ces œuvres avaient une influence directe sur le cerveau. Peu habitué à gérer des lumières et des fréquences pareilles, le cerveau développe des nouvelles connexions de neurones. Les œuvres de Nicolas Schöffer rendraient donc plus intelligents ! ?

Atelier de Nicolas Schöffer  
 


 

Sommaire Paname autour de la villa des Arts


Diffusé le dimanche 7 juin à 12h55

Présenté par Yvan Hallouin
Avec la participation de Frédérick Gersal
Réalisé par Nicolas Micha
Co-produit par 13 Productions et France 3 Paris Ile-de-France - 26'