Brétigny-sur-Orge (91) : retour à un trafic normal, dont le RER C, à partir de mardi 30 juillet

© Romain Da Costa/AFP Photos
© Romain Da Costa/AFP Photos

La SNCF annonce que le trafic des trains circulant via la gare de Brétigny-sur-Orge sera à nouveau normal à partir du mardi 30 juillet, dix-huit jours après le déraillement du Paris-Limoges dans cette gare de l'Essonne.

Par Christian Meyze

A l'issue d'importants travaux ayant mobilisé près de 200 agents, pour un coût estimé à 8 millions d'euros, le trafic en gare de Brétigny reprendra normalement pour tous les usagers, dont ceux du RER C, mardi matin 30 juillet, a indiqué. Guillaume Pepy, le Président de la SNCF, dans une conférence de presse dans laquelle il a fait le point de l'état de l'enquête autant que de l'avancement des travaux de réparation, après le déraillement tragique du Paris-Limoges, le 12 juillet dernier.

"Pour les usagers de la vie quotidienne, le trafic sera normal à partir de mardi matin", a précisé M.Pepy. Il a ajouté que la circulation des trains Intercités sur la ligne Paris-Limoges-Toulouse sera totalement rétablie pour le grand week-end de départ en vacances des "26-27-28 et 29" juillet, tandis que les Intercités reliant Paris à Orléans ou Tours, circuleront normalement, mardi matin.

Totalement interrompue à la suite de l'accident ferroviaire qui a fait six morts, le 12 juillet, la circulation des trains a progressivement repris, notamment entre Paris, Limoges et Toulouse dont 90% du trafic est assuré cette semaine. En revanche, la circulation des RER C reste toujours perturbée. Dans la foulée, l'ensemble des quais de la gare de Brétigny seront à nouveau accessibles aux usagers des transports le 5 août.
800 mètres de voies ont été reconstruits, lors d'un chantier rendu très pénible par la forte chaleur.

                                       Un premier bilan des contrôles et vérifications entrepris


Lors de cette même conférence de presse, la SNCF a apporté de nombreuses informations sur les vérifications auquelles elle a procédé dans les heures et les jours qui ont suivi la catastrophe. Elle a ainsi précisé que la campagne de vérification nationale des aiguillages, n'a pas décelé de risques pour la sécurité.
Immédiatement après l'accident survenu en gare de Brétigny, la SNCF avait mis en cause une éclisse, sorte d'agrafe d'acier liant deux rails, qui se serait détachée pour se bloquer dans le coeur d'aiguillage, provoquant le déraillement.

Partant de ce constat, l'entreprise publique avait lancé une campagne de vérification pour inspecter l'ensemble des 5.000 aiguillages et 100.000 éclisses du réseau national. Jeudi, 99% des aiguillages avaient été inspectés selon la SNCF, qui a dépouillé la moitié des résultats des inspections.
Lors de cette campagne, "le nombre d'interventions, relativement bas, est conforme à ce qu'on pratique dans l'entretien courant de nos aiguillages", ,a indiqué le directeur chargé de l'entretien du réseau. Sur le terrain, 4% des aiguillages vérifiés ont nécessité des "réglages de géométrie préventifs", 5% des attaches ont fait l'objet d'un resserrage et 6% des boulons ont été resserrés.

La campagne a permis de "vérifier tous les appareils comparables à celui de Brétigny". Le caractère de l'accident de Brétigny est "totalement inédit sur le réseau" et va amener la SNCF à renforcer le contrôle de ses aiguillages: la vérification des plus sollicités interviendra "chaque semaine plutôt que tous les quinze jours, au cours des prochaines semaines".

L'opération doit permettre de "comprendre les mécanismes qui auraient pu intervenir lors de la catastrophe de Brétigny", selon le président de la SNCF Guillaume Pepy.

De son côté, le Procureur de la République d'Evry, qui a choisi lui aussi de parler ce mercredi 24 juillet, confirme la thèse de la défaillance matérielle d'une éclisse pour expliquer le déraillement du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne), le 12 juillet, sans préciser, du moins pour l'instant, l'origine de cette défaillance de l'éclisse.

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus