Escroquerie à l'épave roulante : trois ans de prison avec sursis requis contre un expert auto

Des épaves de voitures stockées dans une casse (illustration). / © JOHANNA LEGUERRE / AFP
Des épaves de voitures stockées dans une casse (illustration). / © JOHANNA LEGUERRE / AFP

Une trentaine de professionnels, soupçonnés d'avoir remis en circulation des centaines d'épaves roulantes, sont jugés depuis lundi dernier à Evry, en Essonne. Le parquet d’Evry requiert une peine d'emprisonnement de trois ans avec sursis contre un expert.

Par France 3 Paris IDF / AFP

L’homme aurait remis en circulation plus de 1 000 véhicules entre 2014 et 2016. Un expert automobile, jugé à Evry en Essonne, s’est vu requérir une peine de trois ans de prison avec sursis par le parquet, ce lundi.

Le ministère public a par ailleurs demandé à l'encontre de ce professionnel de 34 ans l'interdiction de gérer une entreprise en lien avec le secteur automobile, et l'obligation de dédommager les victimes.
Pour ce qui est des 26 garagistes également poursuivis dans ce dossier, le procureur a demandé la relaxe de treize d'entre eux ainsi que des peines allant de trois mois à un an d'emprisonnement avec sursis pour dix d'entre eux.

Un système de « copinage », plutôt qu’un réseau organisé ?

A noter que des peines d'un mois ferme ont été requises à l'encontre de trois garagistes qui ne s'étaient pas présentés devant le tribunal.
Le parquet a, dans son réquisitoire, annoncé l’abandon des chefs d'accusation d'escroquerie en bande organisée et d'association de malfaiteurs, estimant qu'il ne s'agissait pas d'un réseau organisé mais plutôt de « copinage ». Pour ce qui est de l’expert auto, le représentant du ministère public a déclaré qu'il ne s'agissait pas d'un « délinquant profond mais un profiteur ».

Du côté des victimes, 107 personnes ont déposé plainte depuis le début de l’affaire, en juin 2016. Le préjudice est estimé à près d'un million d'euros.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus