Cet article date de plus de 5 ans

Fouilles archéologiques ou logements sociaux : le casse-tête de Montlhéry

A Montlhéry, dans l'Essonne, le maire pensait construire des logements sociaux et s'acquitter ainsi de l'obligation légale faite aux communes d'atteindre 25% de logements sociaux sur son territoire. Mais le chantier a mis au jour des vestiges archéologiques importants. 
Beaucoup de communes redoutent le scénario que connaît Monthléry, dans l'Essonne. Mais à Montlhéry, ville au passé riche et ancien, il y avait plus de chances qu'ailleurs de trouver des vestiges archéologiques ayant un intérêt. Dès le Haut Moyen-Age, Montlhéry était une place forte importante destinée à protéger l'accès sud de Paris. Pour cette raison, l'endroit, domaine royal à l'époque de la Guerre de Cent Ans, aux mains de seigneurs puissants et riches, fut très disputé tout au long de cette guerre et passa tour à tour des mains françaises aux mains Anglaises à plusieurs reprises.

L'endroit était propère et la ville s'est développé très tôt. Ce sont donc précisemment des vestiges de la ville datant de la Guerre de Cent Ans qui ont provoqué l'intérêt des archéologues et historiens de l'INRAP et arrêté les travaux de construction de logements sociaux. Mais le maire est inquiet, car ces fouilles durent, et en attendant il doit à la fois payer les entreprises bâtisseuses et s'il ne peut livrer ses logements, l'amende qui sanctionne leur absence. Reportage Virginie Delahautemaison et Florie Castaing
durée de la vidéo: 01 min 45
Fouilles préventives Monthléry ©France3 Paris

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture logement société aménagement du territoire