Extension du pass sanitaire : ce qui change à partir de ce mercredi 21 juillet

Parcs d'attractions, piscines, musées, cinémas, théâtres… Dès ce mercredi 21 juillet, le pass sanitaire devient obligatoire pour accéder aux lieux de culture et loisirs qui accueillent au moins 50 personnes, contre 1 000 précédemment.
Un certificat de vaccination (illustration).
Un certificat de vaccination (illustration). © Radio France

Le QR Code qu'il comporte doit être présenté sous forme papier ou numérique (via PDF ou l’application TousAntiCovid) : le pass sanitaire devient obligatoire dans de plus en plus de lieux ce mercredi. Le dispositif concerne désormais tous les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes.

Parmi les lieux concernés, on peut citer :

Les lieux de culte sont aussi concernés, mais uniquement pour "les événements ne présentant pas un caractère cultuel". Les cérémonies religieuses ne sont donc pas visées par le dispositif. A noter par ailleurs que l'obligation concerne les personnes majeures : pour ce qui est des adolescents, les 12-17 ans sont pour l’instant exemptés, un report ayant été annoncé.

Pour rappel, le pass sanitaire implique soit d’être complètement vacciné, soit d’avoir réalisé un test PCR ou antigénique négatif datant de moins de 48h, soit d’avoir la preuve d'une immunité naturelle. La tour Eiffel va ainsi par exemple proposer dès ce mercredi des tests antigéniques aux visiteurs dépourvus de pass sanitaire, dans des tentes situées devant ses entrées.

Quelle amende en cas de non-respect ?

L’extension du pass sanitaire, annoncée lundi 12 juillet par Emmanuel Macron, vise à encourager la vaccination et limiter les risques de propagation du virus, alors que la France fait actuellement face à une hausse des contaminations. Restaurants, bars, cafés, avions, trains… Début août, l’utilisation du pass sera étendue à d’autres lieux.

Des amendes sont prévues en cas de non-respect de la mesure. Pour les établissements, en cas de premier manquement au contrôle du pass, la contravention pourra aller jusqu'à 1 500 euros pour une personne physique et 7 500 euros pour une personne morale. Du côté des usagers et clients, la sanction est de 135 euros en cas de non présentation du pass.

Les autorités ont toutefois annoncé une période de "rodage" concernant les contrôles. Celle-ci devrait durer une semaine ou un peu plus, a annoncé lundi Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.

A noter enfin que le port du masque ne sera plus obligatoire dans les lieux concernés par le pass sanitaire, dès ce mercredi 21 juillet. Si "les circonstances locales le justifient", l’obligation pourra cependant être remis en place, selon un décret publié mardi au Journal officiel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société