• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Ils ont grandi dans le bidonville de Nanterre : quatre hommes se souviennent de leurs années d'enfance

Le bidonville de Nanterre en 1968 / © Archives départementales des Hauts-de-Seine
Le bidonville de Nanterre en 1968 / © Archives départementales des Hauts-de-Seine

Algériens, marocains beaucoup de ressortissants des pays du Maghreb sont venus travailler en France dans les années 60. Ces nouveaux arrivants se sont installés dans un bidonville près de Nanterre. Rencontre avec quatre hommes qui ont passé leur enfance dans ce quartier, aux portes de Paris.

Par France 3 IDF / EB

Dix-sept photographies en noir et blanc de l'année 1968 sont exposées le long des grilles du parc départemental du Chemin de l’île de Nanterre dans les Hauts-de-Seine. Cette exposition est issue des 350 négatifs photographiques en noir et blanc faites au printemps 1968 par Serge Santelli. A l’époque, le jeune homme, étudiant en architecture s'intéresse à ce bidonville qui jouxte l'université de Nanterre. Il voit dans l'organisation de l'espace de ce quartier, une similarité avec l’architecture de la médina. « Il y a une rue principale, dans laquelle il y a les commerces, des impasses perpendiculaire à cette rue, qui desservent des maisons. En comparant les plans de ce bidonville avec les plans de la médina traditionnelle du Maghreb, on s’est aperçu qu’on avait la même configuration» explique-t-il. 
 
Le bidonville de Nanterre : témoignages
 

A sept kilomètres de Paris, près de 10 000 personnes, vivent dans ce bidonville


Algériens, marocains beaucoup de ressortissants des pays du Maghreb ont immigré en France dans les années 60. A l’époque la France avant besoin de main d’œuvre, mais le logement était en crise. Les nouveaux arrivants s'installent dans des maisons précaires faites de parpaings et de portes de récupération. Un bidonville voit le jour à Nanterre.

Kader, Hamed, Abdel et Mohamed, les quatre amis se sont rencontrés à Nanterre, leurs parents sont venus en France pour le travail et ils ont grandi dans ce quartier. Des murs de parpaings, des rues inondées dès qu’il pleuvait…la précarité de leur habitat ne leur sautait pas aux yeux à l’époque. Ils étaient enfants et se souviennent surtout de souvenirs joyeux.

La précarité qui touchait ce quartier aux portes de Paris, il la ressente pourtant. L’un deux évoque la honte. Il explique que sur le chemin de retour de l'école, il faisait semblant d'entrer dans un immeuble pour que l'on ne sache pas qu'il vivait dans le bidonville.

Ce bidonville c'est celui de la rue des Prés. Il a accueilli des milliers d’émigrés entre les années 50 et les années 70. Des témoignages recueillis par Frédérique Hovasse et Louise Simondet
 

Le livre de Serge Santelli, sur le bidonville de Nanterre

« Rue des Prés Habiter un bidonville à Nanterre » Par Serge Santelli

Sur le même sujet

Le festival d'Auvers-sur-Oise dans les crèches et les entreprises

Les + Lus