• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Thierry Solère, député LR, porte-parole de François Fillon, épinglé à son tour par le Canard Enchaîné

© Patrick Kovarik/AFP Photos
© Patrick Kovarik/AFP Photos

Après François Fillon et son épouse Pénélope, c'est au tour de Thierry Solère, député LR des Hauts-de-Seine et surtout porte-parole de François Fillon pour l'élection présidentielle, de figurer à la "une" du Canard Enchaîné". Il aurait "omis" d'acquitter une partie de ses impôts entre 2010 et 2013

Par Christian Meyze

Thierry Solère, porte-parole de François Fillon pour l'élection présidentielle, a "omis de régler une partie de ses impôts" entre 2010 et 2013. dit  ce mercredi 15 février l'hebdomadaire Le Canard Enchaîné. Le journal ajoute également qu'une enquête préliminaire du parquet de Nanterre, dans les Hauts-deSeine, est ouverte autour de soupçons de fraude fiscale.

Le parquet de Nanterre a confirmé qu'une enquête préliminaire est en cours depuis le 6 septembre 2016 suite à une plainte de Bercy visant M. Solère. De son côté, l'entourage de Thierry Solère a indiqué qu'il avait l'intention de porter plainte pour diffamation contre l'hebdomadaire satirique.

Une affaire déja soulevée par Médiapart

Dans son numéro de cette semaine, le Canard Enchaïné affirme donc que "le couple Solère a omis de régler une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de la dernière année." Le journal ajoute même que cet "oubli" lui a valu une saisie-arrêt sur salaire. Selon le Canard, M. Solère avait salarié son épouse Karine Theet-Solère pour "4.400 euros net mensuels sur les six derniers mois de l'année 2012". Mais le journal s'étonne et indique que le député ne dispose d'aucune permanence parlementaire, ni dans sa circonscription, ni à l'Assemblée Nationale.

Au delà de ces salaires qui concernent son épouse, le Canard dit également que l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) et la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ont examiné les déclarations du parlementaire qui "avaient déjà alerté quant à de possibles conflits d'intérêts", car M. Solère était simultanément parlementaire mais aussi salarié par le groupe Chimirec en tant que conseiller pour 12.000 euros brut mensuel. Mais un dirigeant de Chimirec interrogé par le Canard enchaîné dit ne l'avoir "jamais vu".

Thierry Solère a réagi dès la sortie d'imprimerie du numéro du Canard Enchaîné, mardi soir 14 février : « Je vois bien que le Canard enchaîné poursuit la chasse à l'homme à maintenant 70 jours de la présidentielle. Il recycle avec six mois de retard un vieux papier de Mediapart
Et Thierry Solère poursuit « Je suis à jour de tous mes impôts, j'avais eu un redressement fiscal sur lequel j'avais communiqué à l'époque, avant mes activités parlementaires, qui n'avait donné lieu à aucune pénalité pour fraude fiscale
Thierry Solère et le Canard Enchaîné






Sur le même sujet

La Marne en chansons

Les + Lus