• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Île-de-France : terre d'accueil des entreprises innovantes

Photo d'illustration / © MaxPPP
Photo d'illustration / © MaxPPP

Innover dans le numérique en France c'est possible, vous verrez ça dans In Situ ce mercredi 6 avril. En Ile-de-France le secteur est très porteur. Nous avons rencontré deux start-up, Lydia pionnière du paiement sans contact et Cityscoot le service de scooter électrique sans abonnement.

Par France 3 Ile de France

> REVOIR L'EMISSION
Payer ses courses, sans liquide, sans carte bancaire, juste avec son mobile? c'est possible via votre mobile. De même on pourra bientot réserver un scooter électrique sans abonnement avec un smartphone. 

Lydia pionnier du paiement sans contact et Cityscoot le service de scooter électrique qui démarrera son activité dès l'été 2016 sont deux jeunes entreprises innovantes, des start-up francilennes labellisées «French Tech » une bannière sous laquelle le gouvernement a décidé de valoriser la high-tech française afin de la rendre plus visible à l’étranger.

Le paiement sans contact avec Lydia

Lydia au JT de France 3 !

Si vous n'étiez pas devant France 3 à midi, voici ce que vous avez raté !

Posté par Lydia sur vendredi 4 octobre 2013






Les scooters électriques de Cityscoot. Dès l'été 2016, Un millier de scooters électriques en libre-service seront progressivement déployés dans la capitale



C'est quoi, la French Tech ?

Au-delà de Paris, qui héberge 60 % des start-up françaises, l’objectif du label Métropole French Tech est de faire de la France entière un vaste accélérateur de startups : un réseau de quelques écosystèmes attractifs, les "Métropoles French Tech", qui concentrent tous les ingrédients (culture entrepreneuriale, talents, maitrise technologique, financement, etc.) répondant aux besoins des start-ups françaises, des investisseurs et des talents étrangers.

Plus globalement, la "French Tech" désigne tous ceux qui travaillent dans ou pour les start-up françaises en France ou à l’étranger. Les entrepreneurs en premier lieu, mais aussi les investisseurs, ingénieurs, designers, développeurs, grands groupes, associations, medias, opérateurs publics, instituts de recherche… qui s’engagent pour la croissance des start-up d'une part et leur rayonnement international d'autre part .

Halte au "French Bashing" ! A force de surfer sur la morosité économique, on en oublierait les entreprises qui marchent. En France, on compte au moins 10 000 start-up. Réunies dans la "French Tech", sont-elles l’avenir de l’entreprenariat ? La réponse avec Marie-Sophie Lacarrau dans In Situ mercredi 6 avril.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus