Immobilier : des emprunts de plus en plus difficiles à obtenir

Publié le
Écrit par Magalie Cheveraux .

Si vous cherchez à emprunter en ce moment auprès d'une banque pour réaliser un achat immobilier, vous risquez de rencontrer des difficultés. En effet, les banques prêtent moins. Une frilosité partagée par la plupart des établissements. Explications

Caroline Arnould est Directrice du développement chez Cafpi, le spécialiste du courtage en crédit immobilier. Elle constate ces difficultés depuis quelques mois : " Ça bloque depuis le mois de juin à peu près. Là où on avait 10 % de taux de refus de crédit, on avoisine aujourd'hui les 40 % ! C'est inédit. Et ce blocage vaut même pour ce qu’on appelle les bons profils.” Et de donner l’exemple d’un couple de locataires : Pierre, 55 ans et Virginie 47 ans. Avec l'inflation, leur loyer a dépassé les 1 000 €/mois et ils ont estimé que c’était le bon moment pour emprunter et devenir propriétaires, les taux étant encore bas. Leur profil est bon, mais leur dossier ne passe pas, à cause du taux d’usure.

C’est quoi le taux d’usure ?

Le taux d’usure a été instauré pour protéger les emprunteurs. Il est fixé par la Banque de France et est sensé empêcher les banques de prêter de l’argent trop cher. Le problème c’est qu’aujourd’hui, les taux des prêts augmentent plus vite que le taux d’usure (qui n’est révisé que tous les trois mois). Les taux bancaires atteignent le plafond déterminé par le taux d’usure, et ça bloque !

Pour éviter le refus de prêt, il faut donc savoir travailler son dossier. Et connaître certaines astuces.

“L’essentiel, confie Caroline Arnould, c’est de comparer. Comparer les banques, donc comparer les différents taux. Il y a le taux de prêt, le taux d'assurance emprunteur, il y a les frais de dossier... Vous avez donc plein de choses que vous pouvez négocier qui peuvent permettre de passer sous le taux d’usure et d'avoir les meilleures conditions d'accès au crédit.”

Les jeunes premières victimes de refus

Michel Guillot, Président de l’Association France Conso Banque, confirme qu’un bon dossier ça se prépare: Il faut prêter une attention particulière aux relations bancaires immédiates sur les trois derniers mois, et même sur les trois dernières années. Par exemple : Avez-vous changé plusieurs fois de banques au cours de ces trois ans ?  Globalement, les banques n'aiment pas l'instabilité. Ensuite, sur les trois derniers mois, il faut savoir que les relevés seront épluchés. Attention aux incidents de paiement, aux découverts. Il vaut mieux parfois attendre un peu pour présenter un meilleur dossier ».

Néanmoins Michel Guillot reste pessimiste. Selon lui, c’est presque toujours le même type de dossier qui est refusé : “Un dossier sur deux est refusé. Et nous, ce qui nous inquiète, c'est que ça concerne des profils assez homogènes, en priorité les primo accédants, des gens assez jeunes, moins de 35 ans et sur les premières tranches de revenus ».

Pas très réjouissant…

« Le Mag Immo », tous les dimanches à 10H35, puis en replay sur france.TVen podcasts, et sur les réseaux sociaux

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité