Attaque d'un fourgon blindé à Aubervilliers

Un convoyeur de fonds blessé dans l'attaque d'un fourgon blindé à Aubervilliers

Par Christian MEYZE/AFP

video title

Fourgon blindé attaqué à Aubervilliers

Attaque d'une rare violence ce matin contre un fourgon blindé de la TAS à Aubervilliers en Seine Saint Denis. Des coups de feu ont été tirés. Un convoyeur a été gravement blessé. Le pronostic vital est engagé. Les braqueurs ont pris la fuite avec près de 200.000 euros.

Un fourgon blindé a été attaqué à l'arme de guerre et un convoyeur de fonds grièvement blessé lundi matin à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) par des malfaiteurs qui ont réussi à prendre la fuite après un braquage spectaculaire, d'une rare violence, dans un quartier populaire.

Le fourgon blindé, de la société TAS, a été attaqué vers 5H30 par trois malfaiteurs alors qu'il se trouvait près d'une banque BNP Paribas, dans le quartier des Quatre Chemins, à la sortie du métro "Aubervilliers-Pantin".
 Lors de l'attaque, des coups de feu ont été échangés et l'un des convoyeurs de fonds a été blessé.


 Selon Christophe Ragondet, secrétaire départemental du syndicat policier Alliance, "le blessé a été très gravement touché". "Son pronostic vital est engagé. Il a été touché au flanc. C'est une zone où il y a beaucoup d'organes vitaux", a précisé M. Ragondet sur les lieux du braquage.


 Les malfaiteurs ont réussi à prendre la fuite en emportant une partie de l'argent transporté par le fourgon, soit environ 200.000 euros. Ils ont pris la fuite à bord d'un 4x4 qui a été retrouvé incendié à quelques kilomètres de là, à La Courneuve.
 Preuve de la violence de l'attaque, de nombreux impacts de balle étaient visibles sur le fourgon pris pour cible par les malfrats ainsi que sur une Renault Kangoo garée à proximité, selon un journaliste de l'AFP présent sur place.

 Les malfaiteurs étaient équipés d'armes de guerre, visiblement des kalachnikov.
Une dizaine de douilles ont été retrouvées sur les lieux de l'attaque, autour desquels un important dispositif de sécurité a été déployé, pour éloigner les nombreux badauds.


 Plusieurs témoins sur place ont également fait état de la violence de l'attaque, survenue dans le quartier populaire des Quatre Chemins.
 "J'ai entendu des rafales de tirs, ça m'a réveillé, c'était impressionnant", a raconte un habitant du quartier. "Cette attaque nous a surpris. On a eu peur", confie pour sa part le propriétaire du véhicule touché par un impact de balle, qui se trouvait dans une brasserie située face au métro au moment des faits.
  "Je prenais un café avant d'aller au travail. Quand on a entendu les tirs, on s'est tous cachés derrière le mur", raconte un jeune homme. J'aurais pu être dans ma voiture et prendre la balle en pleine tête".
 

Sur le même sujet

Les + Lus