• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Besancenot et dix autres postiers condamnés

Le tribunal correctionnel de Nanterre a condamné l'ex-leader du Nouveau parti
anticapitaliste (NPA) et ses collègues.

Par Valentine Ponsy/AFP

video title

Olivier Besancenot et dix postiers condamnés

1 500 euros d'amendes avec sursis, plus des dommages et intérêts.Le tribunal correctionnel de Nanterre a condamné cet après-midi Olivier Besancenot et 10 autres postiers. Ils étaient poursuivis pour avoir séquestré plusieurs cadres de l'entreprise en mai 2010.

Olivier Besancenot et dix autres postiers ont été condamnés à 1.500 euros d'amende avec sursis et des dommages et intérêts. Ils étaient poursuivis pour avoir séquestré plusieurs cadres de l'entreprise en mai 2010. Eux, parlent d'une simple occupation des locaux.

Voir ci-contre les explications de Claire Lacroix.

Les faits remontent au 10 mai 2010, lors d'un mouvement de grève contre la retruscturation de la distribution du courrier. Une quarantaine de salariés grévistes du groupe postal, dont certains étaient en grève depuis le 26 avril, avaient occupé pendant plusieurs heures les locaux de la direction départementale de l'entreprise à Nanterre, exigeant de rencontrer le patron départemental, Jean-Claude Sénat. Dans l'attente d'une rencontre, les salariés, dont des représentants des syndicats SUD-PTT 92 ou CGT-PTT 92, en pointe dans le mouvement, s'étaient réunis dans le hall donnant accès aux bureaux de la direction, coinçant alors les cadres dans les escaliers entre deux étages.

Le tribunal correctionnel de Nanterre a tranché et condamné l'ex-leader du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et ses dix collègues à payer chacun 500 euros de dommages et intérêts aux treize parties civiles et 150 euros pour frais de justice.

Olivier Besancenot a dénoncé "deux poids deux mesures dans ce pays" en matière de justice. "La rentrée sociale commence en partie ici. Tous ceux qui pensent nous intimider n'arriveront à rien", a-t-il déclaré, entouré d'une centaine de militants syndicaux. Selon lui, ce jugement est "un signal fort", "n'importe quelle occupation pourra être transformée et maquillée en séquestration".

Sur le même sujet

Le Val-d'Oise est l'un des 13 sites pilotes de Service National Universel

Les + Lus