Des professeurs occupent un lycée d'Evry

© F3IDF
© F3IDF

Ils manifestent leur mécontentement contre les suppressions de postes dans leur établissement.

Par Isabelle Audin, avec AFP

video title

Une quarantaine de professeurs du lycée professionnel Auguste-Perret d'Evry occupait lundi soir l'établissement, et une vingtaine devait dormir sur place, pour protester contre des diminutions d'heures et suppressions de postes.

Dix postes d'enseignants doivent être supprimés à la rentrée prochaine dans ce lycée spécialisé dans les métiers du bâtiment, selon des professeurs. Avec parents et élèves, ils ont refusé de siéger lundi au conseil d'administration, qui "a été reporté, le quorum n'étant pas atteint", selon l'AFP Frédéric Moreau, professeur au lycée Auguste-Perret, et secrétaire académique adjoint de la CGT Educ'action pour l'académie de Versailles.

"Nous dormirons sur place jusqu'à ce que nos revendications soient entendues: avoir un nombre d'heures qui permette de maintenir les conditions d'enseignement que nous connaissons cette année", a-t-il ajouté.

Trois classes ferment à la rentrée de septembre 2012, dans cet établissement qui compte 59 professeurs et environ 450 élèves, et devrait en accueillir 392 à la rentrée.

"Le lycée perd 51 élèves", explique Emilie Noubadji, directrice académique adjointe dans l'Essonne. "Dans le cadre de la rénovation de la voie professionnelle, les équipes doivent réfléchir aux modalités alternatives de prise en charge. Les professeurs sont amenés à regrouper des élèves qui ont des projets professionnels différents, ce qui est extrêmement fructueux", a-t-elle ajouté.

Selon Emilie Noubadji, les élèves seront regroupés pour les enseignements généraux (mathématiques, français, ...).

En revanche, rien ne change pour l'enseignement professionnel, en petits groupes. Une délégation sera reçue mercredi par l'inspecteur d'académie. Par ailleurs, une manifestation départementale contre les suppressions de postes, à l'appel de plusieurs syndicats -CGT, FSU, FO, CFDT, Unsa, SUD- est prévue devant la Préfecture jeudi à 17H00.

Voir ci-dessus le reportage d'Isabelle Dupont et de Noé Salem.

Sur le même sujet

Le bracelet anti-rapprochement pour lutter contre les violences conjugales

Les + Lus