Les Indignés à la Défense

© France3 Ile-de-France
© France3 Ile-de-France

Une centaine d'Indignés se sont rassemblés cette après-midi au pied de l'Arche de la Défense après une nuit agitée.

Par Emmanuelle Hunzinger et AFP

video title

video title

Les Indignés à la défense

Les Indignés à la Défense délogés par la police.

Une centaine de manifestants se sont rassemblés cette après-midi à la Défense pour un sitting et des prises de paroles. Les forces de l'ordre étaient également sur place.  Les Indignés s'étaient installés dès hier soir mais la nuit a été agitée.

A voir, le récit de la folle journée des Indignés à la Défense par Virgine Delahautmaison et Pierre-Julien Quiers.

A voir également, les images cette nuit des Indignés sur le parvis de la Défense. (France3)

Deux cents Indignés ont campé cette nuit sur le parvis de la Défense. Ils étaient environ 500 vers 18h30, bien décidés à planter leurs tentes dans ce quartier d'affaires aux portes de Paris et à se faire entendre. Dans la nuit la police est intervenue pour déloger leur campement.

En début de soirée les forces de l'ordre sont intervenues pour les déloger. La manifestation était autorisée jusqu'à 21 heures. Vers 23h45, les manifestants, munis de tentes pour la plupart, étaient rassemblés au pied de la Grande Arche de la Défense, entourés par un cordon de policiers et de gendarmes mobiles. Deux manifestants ont été blessés. Lors d'une intervention des forces de l'ordre, un jeune homme de 21 ans s'est blessé aux cervicales à la suite d'une chute et a été conduit par des pompiers à l'hôpital de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), d'où il est sorti à minuit, a expliqué la préfecture des Hauts-de-Seine dans un communiqué. Un autre jeune homme, dont l'âge n'est pas précisé, a été "légèrement incommodé par l'éclatement accidentel d'un aérosol lacrymogène", a ajouté la préfecture.

Ce matin une vingtaine d' Indignés sont toujours sur place. Leurs tentes et nourriture ont été confisquées par la police.

Ambiance


La Défense, "c'est le temple de la finance, des lobbies, au détriment du peuple", a affirmé Muriel, 50 ans, interrogée par l'AFP

"C'est le symbole du néolibéralisme qui fait souffrir l'humanité" renchérit Jean-Jacques Zimermann, un enseignant de 53 ans venu de Neuilly-sur-Seine.


"Indignez vous! Tous ensemble pour un changement mondial!", "Reprenons le pouvoir sur notre monnaie. La richesse c'est nous", pouvait-on lire sur des banderoles
tendues par les militants au milieu des tours d'Areva, SFR, EDF ou de GDF Suez.


 "Nous sommes les 99%, nous refusons que le 1% décide de notre avenir et de l'avenir du monde à notre place" expliquent les organisateurs dans un communiqué relayé par les réseaux sociaux et sur plusieurs sites internet.
 

Les Indignés ont appelé à l'occupation sans violence de La Défense, et à un rassemblement au pied de l'Arche de la Défense en début d'après-midi.

Sur le même sujet

Les + Lus