• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Meurtre de Vanessa en 2005 : non lieu

Un homme innocenté six ans après le meurtre d'une femme en Seine-et-Marne.

Par AFP, Isabelle Audin

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a prononcé lundi un non-lieu en faveur d'un homme suspecté du meurtre de Vanessa, 18 ans, dont le corps avait été retrouvé en mai 2005 lacéré de 28 coups de couteau, en Seine-et-Marne.

L'homme, principal suspect dans cette affaire, avait été placé en détention provisoire après les faits. Il était resté en prison durant trois ans avant d'être placé en 2008 sous contrôle judiciaire.

Lundi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a infirmé l'ordonnance de mise en accusation (OMA) du suspect, Mehdi X, selon une source judiciaire.

La justice avait lancé un mandat d'arrêt du 2 mars 2011 car il était en fuite. Ce mandat a donc été levé, a-t-on précisé de même source, confirmant une information de France Bleu 107.1.

Après une soirée entre amis marquée par une forte consommation d'alcool et de cannabis, la victime a été tuée dans la nuit du samedi 30 avril au dimanche 1er mai 2005, dans un appartement d'une tour du quartier HLM de Surville, à Montereau-Fault-Yonne, où elle avait amené Medhi.

Interpellé, l'homme, déjà arrêté pour des "vols" et des "menaces avec arme", avait nié être l'auteur du crime. Il reconnaissait cependant avoir raccompagné Vanessa dans cet appartement, dont la jeune fille possédait les clés, confiées par le propriétaire absent, avait expliqué une source proche du dossier. La victime avait été retrouvée habillée sur le balcon, le corps et la nuque lacérés de 28 coups de couteau. Son corps ne portait pas d'ecchymoses, laissant penser à un viol. L'arme n'a pas été retrouvée. Vanessa, fille unique de parents divorcés, avait quitté le samedi soir son domicile, qui se trouvait dans une tour voisine. C'est sa mère et une amie à elle qui avaient fait la macabre découverte le lundi en fin de matinée.

Sur le même sujet

Des boues provenant d'une station d'épuration répandues dans les champs créent la polémique dans les Yvelines

Les + Lus