• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Renvoyée chez elle pour une jupe trop longue

© Le Parisien
© Le Parisien

Selon le Parisien, une lycéenne de St-Ouen l'Aumone a été priée de rentrer chez elle pour changer de vêtements.

Par Olivier Couvreur / Le Parisien

Nouvelle polémique sur les vêtements à l'école. Dans un article du Parisien, on apprend qu'une élève du lycée Edmond-Rostand de Saint-Ouen-l’Aumône a été priée de retourner chez elle et de changer sa tenue vestimentaire jugée provocante. En cause, sa jupe qui rappellerait des croyances religieuses.

Depuis le début de la semaine, les vêtements de Khadidja lui valent les reproches de la direction de l’établissement.

"Après trois mois de stage, je suis revenue à l’école lundi, explique la lycéenne qui prépare un bac professionnel. Il faisait beau, j’ai mis une jupe longue. La proviseur m’a dit que c’était de la provocation et que je devais rentrer chez moi. Elle considère que j’ai une tenue à connotation religieuse." La lycéenne passe alors la journée de mardi à se renseigner sur les vêtements qu’elle a le droit de porter ou non à l'école publique et retourne au lycée mercredi matin, vêtue de la même juppe longue. La conseillère d’éducation décide alors de la renvoyer chez elle et convoque la mère de la lycéenne.

La chef d'établissement dément toute exclusion pour motif vestimentaire et affirme que Khadidja a été renvoyée chez elle "uniquement parce qu'elle n'avait pas ses affaires de classe". L’inspection académique, elle, évoque plutôt "des remarques". "Cela fait partie de l’éducation de faire des remarques aux élèves dont la tenue est provocante, comme pour une jeune fille qui vient à l’école le ventre à l’air. Ici, c’est plutôt une tenue qui rappellerait une croyance. Cela fait aussi partie du rôle de l’Education nationale de rappeler un certain nombre de principes comme la décence, le respect des personnes, qui nécessitent une tenue correcte. C’est vraiment dans un but éducatif. »

Kadidja n'entend pas céder, même à trois mois des examens. "Sur le principe, je ne vois pas au nom de quoi on juge ma tenue vestimentaire : parce que ma jupe est trop longue ou que je devrais être bras nus?".

La lycéenne se dit prête à « repasser le bac en candidat libre l’année prochaine" s'il le faut.

Sur le même sujet

maitrise

Les + Lus