• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Rungis : le meurtrier interné en psychiatrie

Un conflit au sujet d'un chien serait à l'origine du double meurtre de Rungis (Val-de-Marne).

Par Isabelle Audin

Le jeune homme de 28 ans soupçonné d'avoir poignardé à mort, lundi à Rungis (Val-de-Marne), un couple sur lequel il avait fait une "fixation" a été interné en hôpital psychiatrique à l'issue d'une expertise.

"L'expert qui l'a examiné a conclu que son état de santé n'était pas compatible avec une garde à vue", a indiqué cette source, précisant que le suspect avait été admis à l'hôpital Paul-Guiraud de Villejuif (Val-de-Marne). Ce jeune homme est soupçonné d'avoir poignardé à mort, lundi matin, un homme de 53 ans et sa compagne de 41 ans, un couple sans histoires qui vivait dans le voisinage, au sein d'un quartier pavillonnaire de Rungis. "Il avait fait une fixation sur ce couple depuis qu'ils s'étaient croisés dans le quartier alors qu'ils promenaient leurs chiens" respectifs, a précisé une source proche de l'enquête. "Il était persuadé d'avoir entendu un commentaire sur l'état de santé de son chien", a poursuivi cette source.

Lundi matin, excédé il aurait franchi le portail de leur pavillon à Rungis avant de s'en prendre à eux dans la rue. D'abord prise en charge dans un état grave, la femme avait succombé à ses blessures. L'autopsie des deux victimes doit avoir lieu mardi, selon la source proche. La police judiciaire du Val-de-Marne a été chargée de l'enquête.

Rappel des faits :

Les policiers du service départemental de la police judiciaire du Val-de-Marne ont reconstitué le parcours du meurtrier avant le drame.

Dans la matinée, l'agresseur serait passé à la mairie pour connaître la liste des habitants de la rue des Arpents où aura eu lieu le double meurtre. Les employés ont refusé de lui donner.

Celui-ci se serait alors rendu à la police municipale de Rungis pour dénoncer un conflit de voisinage. Alors qu'ils apprêtaient à le recevoir, le jeune homme tourne les talons et s'en va sans explications.

Il se serait dirigé tout droit vers la rue des Arpents où vivent ses futures victimes et aurait lancé des pierres sur les fenêtres du pavillon. Le couple sort pour constater les dégâts, mais le jeune homme est déjà en proie à de violentes réactions. Il se jette sur l'homme pour le poignarder, puis sur sa femme venue à son secours. Les voisins appellent la police, mais il est trop tard, les victimes succomberont à leurs blessures malgré l'effort des secours.

Le jeune homme sera arrêté un peu plus tard sans résistance.

C'est en interrogeant le voisinage que les policiers découvriront qu'une pétition était en cours pour se plaindre du chien du jeune homme. Une version en cours de vérification, mais évoquée par le coupable lors de son audition. Pour lui le couple le persécutait.

A lire aussi

Sur le même sujet

Paris – Cinq femmes jugées pour l'attentat raté à la bonbonne de gaz près de Notre-Dame

Les + Lus