Les « Bus Macron » ont le vent en poupe

© F3
© F3

Pari gagné pour le transport de voyageurs en car un an après la loi Macron qui a libéralisé ce type de transport. Quatre millions de passagers ont déjà voyagé en bus. Un marché en pleine expansion. Raison de ce succès, des prix imbattables et des lignes innovantes.

Par EH avec AFP

Le succès des "cars Macron" ne se dément pas un an après l'ouverture à tous les opérateurs des liaisons interrégionales par autocar. Trois groupes se partagent ce nouveau marché, Flixbus, Easylines et Ouibus   et revendiquent plus de 3,7 millions de passagers

Trois opérateurs se partagent le marché du transport routier.

L'autocar est devenu "un moyen de transport de masse, on a gagné notre pari", se réjouit Pierre Gourdain, directeur de Flixbus France, (groupe allemand) qui totalise 1,6 million de voyageurs.
Juste derrière l’opérateur allemand,  Ouibus ( SNCF) annonce, 1,5 million de billets vendus.
En dernière position, Isilines, ( Transdev) qui a transporté plus de 600.000 personnes depuis
sa création.

Malgré le succès en terme de nombre de voyageurs et de créations de lignes, l’équilibre financier est en revanche loin d'être acquis pour les trois transporteurs. Flixbus affirme qu'il "sera à l'équilibre à l'été 2017", sans hausse de prix. Avec un taux de remplissage moyen un peu au-dessus de 50%, "il y a encore de la marge et on peut arriver à la rentabilité avec ces tarifs sans problème", assure Pierre Gourdain Gourdain,  directeur de Flixbus France.

Seul point noir, le délabrement des gares routières.

Preuve du retard français en la matière, Flixbus est installé porte Maillot, un emplacement mis à disposition par la mairie de Paris mais il n’est guère pratique pour les usagers des cars. "On ne demande pas des duty-free et des salons de massage, on veut juste que nos passagers puissent être assis, abrités de la pluie et qu'il y ait des toilettes", explique M. Gourdain.
Isilnes a annoncé en juin un partenariat avec Total, afin entre autres de déposer ses clients dans des stations-services en périphérie des villes et pourtant ce transporteur ne s’en sort pas trop mal, installé dans la gare internationale de Paris-Galliéni.

Voir le reportage d’Abdel Joudi et Gilles Bezou Porte Maillot à Paris avec Flixbus, un an après la libéralisation des transports, la start-up allemande qui a transporté plus de 1,6 millions de passagers et ouvert 1366 liaisons en France et en Europe.
Le succès des "cars Macron"


Sur le même sujet

Les + Lus