Municipales 2020 - Les raisons qui poussent des élus à ne pas se représenter à la tête de leur mairie

Moins d'un maire sur trois ne se représentera pas aux élections municipales de 2020. (Illustration) / © Cécile Claveaux - France 3 Paris Ile-de-France
Moins d'un maire sur trois ne se représentera pas aux élections municipales de 2020. (Illustration) / © Cécile Claveaux - France 3 Paris Ile-de-France

Mandat lourd à porter, manque de temps, ou surtout, de moyens : les raisons avancées par les maires pour ne pas se représenter sont multiples. Mais finalement, au fil des scrutins, le pourcentage de maires ne se représentant pas reste stable : en-dessous de 30%.

Par France 3 IDF / EB

Lessivés, démotivés, certains maires de France ne veulent plus poursuivre leur mission. Quelles sont les raisons qui conduisent ces élus à ne pas se représenter ? 

Selon une étude du Cevipof, Centre de Recherches de Sciences Politiques parue en novembre 2019, 48,7 % des maires ont déclaré vouloir être candidats à leur propre succession, 28,3 %, ont décidé de jeter l’éponge et 23 % n’ont pas encore pris leur décision.

A la même question posée un an auparavant, près d’un maire sur deux déclarait vouloir renoncer à se présenter, ces chiffres avaient mis en avant le découragement des maires et la crainte d’une pénurie de candidats lors du prochain scrutin. En définitive, le pourcentage de maires ne se représentant pas en 2020 devrait être assez proche de celui de 2014 (27 %), un chiffre qui correspond à un taux habituel de renouvellement, rappelle Le Monde.

Une fonction chronophage

Véronique Coté-Millard maire de Clayes-sous-Bois, une commune de 18.000 habitants dans les Yvelines ne se representera pas dans sa commune. Elle explique être « epuisée » et aspirer à faire autre chose « J'en suis à mon troisième mandat. Cela fait quand-même 19 ans que je suis maire 7 jours sur 7 presque 24h sur 24. J'ai la volonté de faire autre chose le temps qu'il me reste à vivre. »
L'élue dénonce aussi des conditions de travail plus en plus difficiles et le mille-feuille territorial mis en place ces dernières années. « L'État nous ponctionne de plus en plus d'argent et diminue ses aides. On a perdu la taxe professionnelle et maintenant la taxe d'habitation. L'État se défausse sur les communes.»
À Saâcy-sur-Marne, une petite commune de Seine-et-Marne, le plus jeune maire du département jette lui aussi l’éponge à l’approche des élections municipales de 2020.

Pierre-Emmanuel Begny (DVD), élu en 2014 déplore le manque de moyens pour les maires et un rôle lourd à assumer au quotidien. « D’un côté, vous êtes responsable de tout ou presque, et de l’autre, avec la baisse des dotations notamment, vous n’avez pas les moyens». Le boulot de maire ne le fait plus rêver « Je pars en ayant le sentiment d’avoir fait le job : le boulot de maire est difficile, mais je n’ai pas de regrets. »
 

Sur le même sujet

Les + Lus