Une aile de l'Hôtel-Dieu brièvement investie par des familles et militants du DAL

© IP3Press/MaxPPP
© IP3Press/MaxPPP

Une centaine de personnes mal logées et de militants de l'association Droit au Logement (DAL) ont brièvement investi une aile vide de l'hôpital parisien de l'Hôtel-Dieu pour réclamer l'ouverture des parties inoccupées de l'établissement, avant d'en être évacuées

Par CM/AFP

Des personnes seules et des familles avec enfants ont notamment monté des tentes dans un couloir et scandé "Solidarité avec les mal-logés" et "réquisition des logements vides".

Elles sont restées sur place environ deux heures avant d'être "poussées dehors" par la police, a indiqué Jean-Baptiste Eyraud, le porte-parole du DAL qui précise néanmoins "Il n'y a eu ni violence, ni brutalité" de la part des forces de l'ordre.
La préfecture de police de Paris a confirmé que l'évacuation, menée "sur réquisition", s'était déroulée dans le calme.

Les militants du DAL et les personnes mal logées entendaient "rappeler au gouvernement, au directeur de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) et au préfet de région qu'il y a de quoi sortir immédiatement de la rue les personnes qui dorment dehors", précise Jean-Baptiste Eyraud. Il estime à 300 le nombre de places à l'Hôtel-Dieu "qui seraient disponibles pour accueillir des sans-abri".

Les capacités d'accueil d'hébergement d'urgence à l'Hôtel-Dieu ont été renforcées "jusqu'à la fin de la période hivernale", a réagi l'AP-HP dans un communiqué.

Sur le même sujet

Portrait Jacopozzi, l'illuminateur de la tour Eiffel

Près de chez vous

Les + Lus