« L'amiante c'est mortel » : plusieurs centaines de manifestants à Paris, en solidarité aux travailleurs exposés

Un manifestant anti-amiante posté devant le palais de justice, à Paris le vendredi 22 mars. / © THOMAS SAMSON / AFP
Un manifestant anti-amiante posté devant le palais de justice, à Paris le vendredi 22 mars. / © THOMAS SAMSON / AFP

Les manifestants, réunis devant le palais de justice, ont réclamé ce vendredi la reconnaissance du "préjudice d'anxiété" pour tous les travailleurs exposés aux fibres d'amiante.

Par PDB avec AFP

La reconnaissance pour tous du « préjudice d'anxiété », comme revendication principale. Ce vendredi après-midi, quelques centaines de personnes ont manifesté en solidarité avec d'anciens salariés d'EDF exposés à l'amiante, dont la situation devrait bientôt être examinée par la justice. Plusieurs dizaines de travailleurs, salariés dans trois centrales thermiques de la région parisienne, étaient notamment présents.
Le rassemblement, lancé à l’appel de la CGT, de la CFDT, ainsi que d’Andeva et Cavam (deux associations de victimes), a pris place à deux pas du palais de justice.

« Incompréhensible et injuste »

Du côté de la justice, la Cour de cassation limite jusqu’à présent l'indemnisation du préjudice d'anxiété à une liste d’établissements ouvrant droit à la « préretraite amiante ». EDF et les mines, pourtant particulièrement concernés par la problématique, en sont ainsi par exemple exclus.

Les syndicats qualifient ainsi la situation de « discrimination […] incompréhensible et injuste ».

Cancer du poumon, asbestose, mésothéliome… Le contact avec des fibres d’amiante – dont l’utilisation est interdite depuis 1997 – peut provoquer de nombreuses maladies, même près de 40 ans après l'exposition.

 

Sur le même sujet

Les utilisateurs de trottinettes Lime vont devoir payer lors d'une mise en fourrière

Les + Lus