• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Après 4 mois de “gilets jaunes”, CGT et FO appellent à une journée de mobilisation commune mardi

Le 11 février dernier, de 18.000 à 30.000 personnes avaient manifesté dans les rues de Paris à l'appel de la CGT. / © AFP/Alain Jocard
Le 11 février dernier, de 18.000 à 30.000 personnes avaient manifesté dans les rues de Paris à l'appel de la CGT. / © AFP/Alain Jocard

Les deux syndicats espèrent ainsi reprendre la main et faire entendre leurs revendications sur le pouvoir d'achat.

Par France3 IDF (avec AFP)

Ce mardi, les manifestants - salariés du privé, agents publics, étudiants, lycéens - défileront à Paris du boulevard Saint-Michel au Champ-de-Mars à partir de 13h, avec en tête Philippe Martinez pour la CGT (2e syndicat français) et Yves Veyrier pour FO (3e). "Nous sommes déterminés à nous mobiliser car nous ne voulons pas être spectateurs, ni caution de décisions qui pourraient être prises en matière sociale à l'issue du grand débat", a expliqué Yves Veyrier il y a quelques jours devant la presse. Solidaires, la FSU et les organisations de jeunesse Unef (étudiants) et UNL (lycéens) ont également appelé à participer à cette mobilisation nationale qui touchera aussi bien le public que le privé afin d'"amplifier le mouvement social".
 

Pouvoir d'achat, justice fiscale et services publics

Pour la CGT, "depuis plusieurs semaines, les questions de pouvoir d'achat (et donc des salaires), de justice fiscale, d'accès aux services publics sont clairement posées sous différentes formes d'expression", mais "le gouvernement reste enfermé dans ce qu'il pense être un 'véritable débat'". La centrale de Montreuil "compte placer le débat où il doit être", notamment par "des actions dans l'entreprise et dans la rue".

"Évidemment", si les autres organisations "s'étaient associées, cela aurait donné plus de force", a regretté Yves Veyrier à propos de la CFDT, devenue il y a trois mois le premier syndicat français tous secteurs confondus, de la CFE-CGC et de la CFTC.
 

Augmentation du Smic

FO demande en particulier une revalorisation du Smic pour qu'il atteigne 80% du salaire médian, soit 1.450 euros mensuels net, et l'ouverture de négociations au niveau interprofessionnel permettant d'aborder l'ensemble de ses revendications. De son côté, la CGT réclame notamment un Smic à 1.800 euros brut, la revalorisation de toute l'échelle des salaires, et des pensions de retraite au minimum à 1.200 euros net.

Les organisations appelant à l'action mardi n'oublient pas "les jeunes", pour qui "les difficultés ne cessent de croître". La "réforme du lycée et de la voie professionnelle", la "progression de la précarité étudiante" et le "gel des prestations sociales ne font qu'attaquer le droit d'étudier", soulignent-elles.

Sur le même sujet

ITW de Michel Cadiot, préfet de région

Les + Lus