Après le renoncement de François Hollande, les réactions en Île-de-France

© Maxppp
© Maxppp

Après le renoncement de François Hollande de se présenter à l'élection présidentielle de 2017, les réactions se sont succédées, à gauche comme à droite. Tour d'horizon en Île-de-France...

Par France 3 Paris IDF

Après le renoncement de François Hollande à se présenter à l'élection présidentielle de 2017, les réactions se sont succédées, à gauche, comme à droite. Tour d'horizon en région parisienne...

Invitée du journal de 20 heures de France 2, la député LR de l'Essonne Nathalie Kosciusko-Morizet a qualifié la décision du président de la République de "plus lucide de son quinquennat". Pour l'ex-candidate à la primaire de la droite et du centre, "il ne suffit pas seulement de changer de candidat, il faut changer de politique aussi !".
Même constat pour Nicolas Dupont-Aignan. Le député de l'Essonne, cnadidat souverainiste à l'élection présidentielle appelle à "une autre politique".
Pour le sénateur PS du Val-de-Marne, maire d'Alfortville, Luc Carvounas, proche de Manuel Valls, François Hollande est entré "dans l'Histoire de France comme l'homme qui choisit le destin de la France au sien".

Les frondeurs à l'attaque

Du côté des socialistes frondeurs, la bataille est déjà engagée contre le Premier ministre Manuel Valls, alors que s'est ouverte la primaire de la "Belle alliance populaire" jeudi 1er décembre.

Pour François Kalfon, proche d'Arnaud Montebourg, candidat à la primaire de gauche, Manuel "Valls est le récipiendaire du bilan de Hollande dont il a été l'animateur". Tout en s'interrogeant au micro de Sud Radio : "Comment Valls pourra rassembler après avoir théorisé les gauches irréconciliables ?"
Sur RTL, le député des Yvelines Benoît Hamon a constaté que le président sortant "ne pouvait plus rassembler son camp". 
Candidate elle aussi à la primaire de la Belle alliance populaire, la sénatrice socialiste frondeuse Marie-Noëlle Lienemann a toutefois rendu "hommage" à François Hollande sur Twitter. 
Enfin, la conseillère de Paris, Danielle Simonnet, proche de Jean-Luc Mélenchon, qualifie d'"ultime renoncement", "face au FN et LR", la décision de François Hollande


Sur le même sujet

Les + Lus