Arnaque, marronnier, misogynie... Comment la télé parlait des soldes

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Ile de France / EB

Les conseils pour réussir vos soldes, la réglementation, les micros trottoirs de clients, l'avis des commerçants sur cette période... la télévision a scruté toutes les facettes de cet évènement qui revient tous les ans. Pour le plaisir, nous avons sorti quelques perles des archives.

1965. C'est le début des soldes et dans les magasins, on s'arrache les articles, la ristourne peut atteindre jusqu'à 50 %.



Le 11 janvier 1965, une ambiance survoltée règne dans les allées du Printemps sur le boulevard Haussmann à Paris. C’est le premier jour des soldes et les femmes s’arrachent des mains les vêtements convoités. Dans son commentaire, la journaliste les qualifie de « tigresses se disputant la même proie» ! Un ton condescendant et qui aurait été taxé de misogynie si un homme avait parlé ainsi.

 


1968. Les soldes d'hiver battent leur plein à Paris. Dans ce reportage on s'interroge sur l'aspect économique de ce phénomène. 



Les clientes interrogées sont enthousiastes et pensent que cette période de soldes leur permet de faire des bonnes affaires. Les commerçants eux aussi sont satisfaits. Un directeur de la promotion des ventes d'un grand magasin évoque une nouvelle formule, celle des soldes permanentes. C'est-à-dire que des remises importantes sont consenties toute l'année sur des biens d'équipements un peu abimés, mais en état de fonctionner, explique-t-il.

1978. Vrais soldes ou fausses soldes ?




Un commerçant explique le principe des soldes. Il s’agit de vider son stock afin pouvoir accueillir une nouvelle collection. Il déplore un phénomène de plus en plus courant chez certains commerçants qui achèteraient, d'après lui, des vêtements en vue de les vendre pendant la période de soldes.
 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité