Aucune preuve n'accrédite « l'hypothèse d'une origine criminelle » après l’incendie de Notre-Dame, d'après l'enquête

1 125 feuillets de procédure, 96 scellés, une centaine de témoins auditionnés… Les chiffres communiqués par le parquet de Paris après l’incendie de Notre-Dame sont impressionnants. / © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
1 125 feuillets de procédure, 96 scellés, une centaine de témoins auditionnés… Les chiffres communiqués par le parquet de Paris après l’incendie de Notre-Dame sont impressionnants. / © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Deux mois après l’incendie partiel de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le parquet annonce ce mercredi l’ouverture d’une information judiciaire contre X. Tout en précisant qu’aucune preuve ne permet, pour l'instant, « d'accréditer l'hypothèse d'une origine criminelle ».

Par France 3 Paris IDF

« Aucun élément ne permet d'accréditer l'hypothèse d'une origine criminelle » après l’incendie de Notre-Dame, d’après le parquet de Paris. Deux mois après l’incident, le procureur de la République Rémy Heitz fait le point sur l’enquête, ce mercredi.

Alors que l’enquête préliminaire confiée à la brigade criminelle de la direction régionale de la police est désormais close, le parquet de Paris annonce l’ouverture d’une information judiciaire contre X, pour « dégradations involontaires par incendie par violation manifestement délibéré d’une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, intervenues dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ».

96 scellés et une centaine d’auditions de témoins

Si aucune des pistes n’est privilégiée pour l’instant, « plusieurs hypothèses ont retenu l’attention des enquêteurs parmi lesquelles celles d’un dysfonctionnement du système électrique ou celle d’un départ de feu occasionné par une cigarette mal éteinte », toujours selon le communiqué.

1 125 feuillets de procédure, 96 scellés, une centaine d’auditions de témoins… Le procureur de la République détaille aussi quelques chiffres pour donner une idée de l’ampleur des investigations. Reste maintenant à approfondir l’enquête, avec entre autres un « important travail d’expertise » à venir.

 

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus