Confinement : Le Grandpoetryslam 2020, festival de slam et poésie en direct et en live sur Zoom à partir de lundi.

Le Grand Poetry Slam, c’est la grande rencontre des meilleurs slameurs français et poètes mondiaux. Le festival de poésie anime chaque printemps le quartier de Belleville à Paris. Coronavirus oblige, il se déroule cette année sur Zoom. Il se déroulera du 18 au 24 mai 2020, en visioconférence.
Le festival le Grandpoetryslam, ici, avant le coronavirus, en salle et en public. Cette année, il se déroule en visio-conférence.
Le festival le Grandpoetryslam, ici, avant le coronavirus, en salle et en public. Cette année, il se déroule en visio-conférence. © Slam productions/ capture d'écran
Les meilleurs slameurs français et poètes mondiaux ont pris l’habitude de se rencontrer chaque année à Belleville dans l’Est parisien et de s’affronter de façon festive. Leur arme : les mots. Engagés dans "un tournoi", ils déclament leurs textes, en vers ou en prose, en 3 minutes maximum. 
 

Pas question de se laisser abattre par la peur du coronavirus !

On ne voulait pas subir le terrorisme du virus

Mais épidémie oblige, cette année les rencontres poétiques se feront de façon virtuelle sur l’application Zoom. Par écrans interposés. Pilote le Hot qui organise le festival depuis 16 ans avoue avoir gambergé quelques jours avant de prendre une décision. « On préparait le festival quand le confinement est arrivé », explique t’-il. « Certains ont choisi de reporter leur festival mais nous, on est tellement petit que ça nous aurait peut être tué. On n'est pas riche, nous ne sommes pas beaucoup subventionnés, même pas, par le ministère de la Culture. On s’est dit qu’on allait le faire, qu’on était capable d’organiser une scène virtuelle sur Zoom ».

Une salle virtuelle sur zoom

Il aura fallu deux mois de travail pour être au point techniquement. A deux jours de l’ouverture du festival, la salle virtuelle de spectacle est prête. Et les slameurs ont répondu présent. « Au lieu de se déplacer en 6, 8 ou 12 heures, les poètes seront là en quelques secondes. Magique » ! se réjouit Pilote le Hot.

« Concrètement, le poète sera chez lui et se connectera à la scène de spectacle virtuelle. Il lira son texte ou son poème. Le public sera également là. Sur zoom, on peut avoir jusqu’à 1000 personnes connectées en même temps. Chacun à sa vignette. Celle du poète, celles des juges et celles du public. Il y aura aussi une vignette avec les traductions des textes. Quand le poète aura fini, les micros des spectateurs seront réactivés, cela fera un vacarme d’enfer dans le monde entier», s’enthousiasme t’il.

Des poètes sur nos écrans

Stéphane est poète, parisien, facteur dans la vie, il participe depuis 7 ans au festival et il sera sur la scène virtuelle cette semaine. Il salue l’engagement des organisateurs. « C’est le mérite de Pilote le Hot. Il a toujours cette constance, qu’il fasse beau, qu’il neige, qu’il fasse coronavirus, de faire en sorte que les poètes puissent rencontrer le public ».

Il reconnaît néanmoins que cela sera différent : « Le slam nous oblige à rencontrer le public en chair et en os et nous donne l’obligation de donner le meilleur de nous-même. Là, ce sera plus difficile via un écran. C’est un peu l’inconnu ».

Coronavirus ou pas, crise ou pas, la poésie doit continuer! 

« En temps normal, les poètes viennent des 4 coins du monde jusqu’à Belleville et pendant ces quelques jours, Belleville devient la capitale mondial des poètes, c’est très festif. Là ce sera différent. Mais bon ! A la guerre comme à la guerre. Coronavirus ou pas, crise ou pas, la poésie doit continuer! » s’exclame t-il.

Le Grand poetry slam s’ouvre lundi avec le slam des écoles et des collèges. Puis suivent dès mardi, la Coupe du monde des poètes, puis le Slam national 2020.

Pour rejoindre la salle de spectacle virtuelle : téléchargez gratuitement l'application Zoom et copiez ce  lien : https://us04web.zoom.us/j/2568171001

ou allez directement dans zoom en entrant l’ ID de réunion :2568171001

Retrouvez toutes le programme du festival sur ce lien

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé culture