• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Deux syndicalistes interpellés : ils voulaient déverser des détritus devant le siège d'En marche

Deux éboueurs ont été intercepté ce matin avenue de l'Opéra alors qu'ils projetaient de déverser des détritus devant le Siège de la République en marche. / © PHOTOPQR/EBRA/MAXPPP
Deux éboueurs ont été intercepté ce matin avenue de l'Opéra alors qu'ils projetaient de déverser des détritus devant le Siège de la République en marche. / © PHOTOPQR/EBRA/MAXPPP

Ce matin, le quartier de l'Opéra a été en partie bouclé. Le temps d'interpeller deux syndicalistes qui, à bord d'un camion poubelle de la mairie volé, projettaient de déverser le contenu devant le siège de la République en marche. 

Par A.B avec AFP

Deux syndicalistes ont été interpellés vendredi matin à Paris, près de la place Colette et de l'avenue de l'Opéra. Ils étaient à bord d'un camion-poubelle de la mairie volé dans la matinée, dans le 18ème arrondissement de Paris, porte de Saint-Ouen, selon une source policière. Leur objectif : déverser des détritus devant le siège de la République en Marche.
Une équipée qui a été stoppée nette vers 9h30, avenue de l'Opéra, quelques dizaines de mètres avant leur destination. Comme le montre cette vidéo réalisée par un journaliste sur place, les deux hommes ont été sortis du véhicule par des policiers armés après que le quartier ait été en partie bouclé. 


"Les deux personnes sont actuellement en garde à vue. Il s'est avéré qu'il s'agissait de deux syndicalistes" que la mairie a "suspendus de leurs fonctions", a indiqué de son côté la Ville de Paris. La mairie de Paris a précisé que les deux personnes qui avaient pris possession du camion-poubelle, dans la matinée, l'avaient fait "sous la forme d'un car-jacking". Elle a "immédiatement alerté la Préfecture de Police et transmis la localisation en temps réel du camion, qui était équipé d'un dispositif de géolocalisation. 

"Une accusation totalement absurde"


Dans un communiqué, la CGT nie l'accusation de vol. "Nos militants ne sont pas des hors la loi !... Deux de nos Camarades CGT FTDNEEA, sont actuellement en garde à vue après avoir été mis en joue et menottés. Ils sont accusés d’un vol de camion benne, accusation totalement absurde que nous nions avec énergie. Nous apportons notre soutien, notre solidarité, exigeons leur libération immédiate et aucune poursuite..."

Parallèlement ce matin, plus d'une centaine d'éboueurs, énergéticiens, cheminots et égoutiers ont brièvement pénétré dans le siège du parti présidentiel, situé dans le quartier de l'Opéra, menant une "opération conjointe" à l'appel de la CGT pour défendre les services publics. Les militants qui se sont brièvement introduits dans le siège de LREM, rue Sainte-Anne dans le 2ème arrondissement de Paris, ont procédé à "des coupures d'eau et d'électricité", a assuré à l'AFP le secrétaire général de la CGT Services publics Baptiste Talbot, qui était présent sur place. Les manifestants ont ensuite quitté les lieux.


Sur le même sujet

150 migrants évacués du parc de la Villette, où ils campaient « pour être visibilisés »

Les + Lus