Gilets jaunes - On vous résume comment France 3 Paris Île-de-France a traité quatre mois de manifestations

169 articles et près de 242 reportages télévisuels ont été consacrés aux gilets jaunes depuis le début du mouvement. Après plus de quatre mois, et à l’occasion du 21e samedi de mobilisation, il est temps de faire un nouveau bilan et d'essayer de vous exposer nos choix éditoriaux.
Panel de gilets jaunes lors des manifestations à Paris.
Panel de gilets jaunes lors des manifestations à Paris. © Fotor / France 3 Paris - Île-de-France / AFP
Notre premier article sur les gilets jaunes date du 14 novembre 2018 et portait sur les points de blocages en Île-de-France.

Comme d'autres médias et citoyens, nous étions loin d'imaginer l'ampleur que le mouvement allait prendre. Mais comme tout événement, il fallait le traiter, en toute indépendance. Cet article existe pour faire le bilan de plus de quatre mois de manifestations, pour tenter d'expliquer comment nous avons travaillé et pris nos décisions éditoriales.
 

Notre traitement des gilets jaunes, en chiffres

En tout, près de 242 reportages différents centrés sur les gilets jaunes ont été diffusés dans nos journaux télévisés et, sur notre site web, nous avons publié 169 articles sur le sujet. Tentons de les classer en plusieurs catégories (le mouvement de soutien par les lycéens n'étant pas comptabilisé, notamment pour ce qui concerne la polémique de Mantes-la-Jolie) : 

Entre gilets jaunes…

Les accusations envers les médias et les chaînes du réseau France 3 sont légions, accusés de faire partie d'un prétendu système qui serait hostile au mouvement des gilets jaunes. Plusieurs de nos équipes ont ainsi été prises à partie verbalement lors de manifestations. Une de nos journalistes l'a également été, mais physiquement.

Le lundi 17 décembre dernier, Marion, une journaliste JRI (Journaliste Reporter d'Images) s'est faite agresser par un manifestant près de Paris, à Limay (Yvelines) alors qu'elle était en mission pour filmer une action du mouvement des gilets jaunes. Un homme l'a frappé avec une queue de billard "comme il l'aurait fait avec une batte de baseball" a raconté la journaliste (retrouver son témoignage complet ici) qui a été hospitalisée et a reçu 3 jours d'ITT.

Marion raconte ainsi que «Certains gilets jaunes sont venus s'excuser, mais, ils nous ont dit : "En même temps, on vous avait dit que c'était tendu..."».

Le 22 décembre 2018, un journaliste alors en direct se faisait couper et copieusement insulter par un manifestant.Ces agressions font suite à la polémique touchant le JT de France 3 national où une photo avait été modifiée et un slogan en partie effacé. Mais la journaliste de notre rédaction devait-elle payer pour cette erreur ? Devait-on s'interdire de se rendre auprès des gilets jaunes ?
 

… Et forces de l'ordre

durée de la vidéo: 00 min 30
Gilets jaunes : une journaliste de France 3 Paris Île-de-France touchée par un tir de Flash-ball
Car ce même 22 décembre, une autre journaliste était touchée par un tir de Flash-ball pendant les manifestations. Un tir d'autant plus honteux qu'elle était visible et dans un moment où ces manifestations se déroulaient dans le calme.
Une photos prise par la journaliste touchée par un tir de Flash-ball.
Une photos prise par la journaliste touchée par un tir de Flash-ball. © Facebook - France 3 Paris - Île-de-France
Tir délibéré ou involontaire ? Difficile de répondre. Mais la direction de France 3 Paris Île-de-France le martèle : les équipes de reportage de France 3 exercent leur métier avec rigueur et indépendance.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société manifestation économie social france 3 médias télévision