11 cas du variant anglais confirmés en Île-de-France

Le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy a estimé que le variant apparu au Royaume-Uni va s'étendre en France "si des mesures en sont pas prises".

Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France. (Eric Feferberg/Afp)
Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France. (Eric Feferberg/Afp)

"11 cas confirmés" de variant anglais de la covid-19 ont été diagnostiqués en Île-de-France, selon les mots du directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) Aurélien Rousseau, au micro de nos confrères de RMC-BFM TV ce matin.

Parmi ces 11 cas "on considère que 9 d’entre eux sont ‘clos’", explique-t-il. Cela signifie qu’ "on a compris qui avait contaminé qui (...) on a limité les chaînes de contamination. Les autres cas font toujours l’objet d’une enquête. C’est notamment le cas de la première personne contaminée à Bagneux, dans l’Essonne. On n’a toujours pas compris par qui elle a été contaminée. Elle n’a pas été en Grande-Bretagne, elle n’a pas eu de contacts (…) c’est pour ça qu’on est allé voir autour".

Une quarantaine de cas suspects que l’on soupçonne d’être ceux du variant anglais ont également été détectés dans la région. "On traite toutes ces personnes comme si elles avaient le variant : isolement (d’elles-mêmes) et de leurs sujets contacts", a expliqué Aurélien Rousseau, précisant qu’il existe par ailleurs des "suspicions plus faibles" sur des personnes ayant réalisées des tests antigéniques dernièrement. "On va refaire les tests pour vérifier que c'est le variant anglais", a déclaré le responsable.

"Trois mois difficiles"

Invité de Franceinfo ce matin, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy a dans le même temps estimé que le variant apparu au Royaume-Uni va s'étendre en France "si des mesures ne sont pas prises". Il a également avancé que l'on pourrait sortir de cette crise "autour de septembre 2021". "Il y a trois mois difficiles à tenir, ce sont les trois mois qui viennent", précise-t-il, d'autant que "le variant anglais vient nous compliquer les choses".

Ce variant anglais de la covid-19 est beaucoup plus contagieux – de l’ordre de 50 à 70% - que la souche que nous avons connu jusqu’à maintenant.

Un conseil de défense est prévu aujourd’hui à l’Élysée. Le Premier ministre Jean Castex en présentera les conclusions aux Français jeudi. Une façon de faire le bilan des fêtes de fin d’année, la poursuite de la stratégie de vaccination et l’attitude à adopter face aux variants anglais et sud-africain – dont trois cas ont été recensés et isolés en France, toujours selon le Pr Delfraissy.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société