Île-de-France : ce qui pourrait changer en cas de confinement le week-end

Attestation, déplacements autorisés, commerces ouverts ou fermés, voici ce qui pourrait attendre la région francilienne en cas de confinement le week-end.

La Tour Eiffel vue de la place (vide) du Trocadéro. Photo d'illustration AFP
La Tour Eiffel vue de la place (vide) du Trocadéro. Photo d'illustration AFP

Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé jeudi 25 février qu’une vingtaine de départements faisaient l’objet d’une "surveillance renforcée". Ce sont des zones où le virus circule activement, où le taux d’incidence va au-delà de 250 cas positifs pour 100 000 habitants, et où la présence des variants anglais et/ou sud-africain est supérieure à la moitié des cas enregistrés. Parmi les départements concernés figurent les huit composant l’Île-de-France.

Un conseil de défense s'est tenu ce mercredi à l’Élysée pour envisager d’éventuelles mesures restrictives dans ces zones sous "surveillance renforcée". Le chef du gouvernement doit se prononcer jeudi pour les détailler. "Si la situation continue de se dégrader (…) nous prendrons des mesures renforcées qui entreront en vigueur à compter du week-end du 6 mars", avait prévenu le chef du gouvernement jeudi dernier. L’Île-de-France pourrait ainsi se retrouver dès ce samedi dans la même situation que Nice ou Dunkerque, en confinement partiel (le week-end) depuis plusieurs jours déjà.

Vingt départements ont été placés sous « surveillance renforcée » en raison d’une circulation accrue de l’épidémie de coronavirus. Source : Gouvernement
Vingt départements ont été placés sous « surveillance renforcée » en raison d’une circulation accrue de l’épidémie de coronavirus. Source : Gouvernement

Attestation et nouvelles mesures

Qui dit confinement, dit attestation de déplacement pour chaque sortie. Celle-ci est déjà requise pour les personnes devant se déplacer après l’heure d’entrée en vigueur du couvre-feu à 18h, pour rentrer du travail, effectuer des consultations et des soins, ou encore pour promener son animal de compagnie. Notons que là où des confinements le week-end ont été décrétés, le couvre-feu de 6h à 18h s’applique également.

Sur le site du ministère de l'Intérieur, dans l’espace consacré au remplissage de l’attestation de déplacement, figurent désormais de nouvelles réglementations pour les départements concernés par des mesures de confinement. Elles sont au nombre de quatre et s’ajoutent à celles déjà en vigueur.

Les déplacements autorisés

Vous devrez alors indiquer sur votre attestation si vous sortez de chez vous pour faire des achats, des démarches administratives ou juridiques, participer à des rassemblements autorités, aller et revenir d’un lieu de culte, ou tout simplement prendre l’air ou faire du sport en extérieur.

Sur ce dernier point, il s’agit de "déplacements brefs dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal de cinq kilomètres autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile".
Comme lors des deux premiers confinements, si vous ne présentez pas d'attestation dûment remplie ou bien si cette dernière n'est pas conforme, alors une amende de 135 euros pourra vous être adressée, et majorée en cas de récidive.

Ce qui ouvre et ce qui ferme

Si l’on se calque sur ce qui est resté ouvert ou fermé dans des départements où le confinement le week-end est mis en place, nous pouvons établir une liste similaire pour ce qui concerne l’Île-de-France. Selon nos confrères dans les Alpes maritimes voici les lieux qui sont restés ouverts : les marchés accueillent le public, les supermarchés, les établissements de vente de nourriture (boulangeries,  boucheries, charcuteries…) ; les pharmacies, les opticiens, les magasins de matériel médicaux et orthopédique ; les jardineries , les commerces de vente de tissus ; les bureaux de tabac, les marchands de journaux et de cigarettes électroniques ; les garages, les stations-essence et les loueurs de voitures.

Les librairies de leur côté pourront rester ouvertes, ayant été déclarées comme "commerce essentiel" dans un décret du journal officiel daté du 26 février. En revanche, les magasins de bricolage, les fleuristes ou encore les boutiques de vêtements ont fermé leurs portes. Les établissements culturels, les théâtres, musées, salles de cinéma, ainsi que les restaurants , bars et cafés restent également fermés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 confinement