Grand Paris : ce qu'il faut retenir du discours de Manuel Valls devant les maires d'Île-de-France

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Paris, avec AFP

Manuel Valls s'est exprimé mardi devant l'Association des maires d'Ile-de-France (AMIF). Un discours sur le Grand Paris à travers plusieurs axes comme le logement, les infrastructures de transports, la pollution... Le Premier ministre a également mentionné les JO de 2024 et l'Exposition Universelle.

LOGEMENT

Afin de tenter d'accélérer les constructions de logements en Ile-de-France, Manuel Valls avait annoncé en octobre 2014 la création d'"opérations d'intérêt national (OIN) multi-sites". Le Premier ministre avait déjà désigné cinq sites (territoires du canal de l'Ourcq (Seine-Saint-Denis), territoires de la cité Descartes (Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne), Villejuif-Campus grand Parc (Val-de-Marne), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Louvres Puiseux (Val-d'Oise), et une quinzaine de plus devaient être désignés avant la fin 2014. Ces OIN ont suscité des inquiétudes d'élus locaux redoutant un interventionnisme trop fort de l'Etat.
Finalement, le choix des sites retenus pour de grandes opérations de construction de logements en Ile-de-France interviendra "en septembre", afin de laisser le temps à la "concertation" avec les élus locaux, a annoncé M. Valls.
Pour illustrer ces efforts de concertation, il a notamment confié une mission sur le projet de "Central Park" à La Courneuve, critiqué par des opposants car il se construirait autour d'un parc classé Natura 2000.

AUTOROUTES URBAINES

Les grands projets d'infrastructures du Grand Paris en matière de transport se concentraient jusqu'à présent sur les transports collectifs. Manuel Valls a annoncé un programme de 810 millions d'euros pour "moderniser" les autoroutes et voies rapides d'Ile-de-France. En l'occurrence celles qui ne sont pas concédées au privé et restent gérées par les pouvoirs publics. Les fonds proviendront du Contrat de plan Etat-Region (CPER) pour l'Ile-de-France. Il s'agit de résorber des "points noirs" et d'aménager des voies réservées aux bus et taxis. Manuel Valls veut également mieux "insérer" les autoroutes dans la ville, via des réductions de bruit et du paysagisme.

POLLUTION

Manuel Valls n'a pas apporté directement son soutien au projet de plan antipollution d'Anne Hidalgo. Mais il a défendu "un dispositif concerté, rapide, efficace pour faire face aux épisodes de pollution". Il a également apporté son soutien à l'interdiction des véhicules les plus polluants, comme le prévoit la maire de Paris.

FONDS D'INVESTISSEMENT SPECIFIQUES

La Caisse des Dépôts a été mandatée pour "proposer la création" d'une structure d'investissement spécifique pour les grands chantiers du Grand Paris, avec l'objectif d'attirer les financements étrangers.

JEUX OLYMPIQUES ET EXPOSITION UNIVERSELLE

Le Premier ministre a de nouveau apporté son soutien aux deux candidatures de Paris pour les JO 2024 et l'exposition universelle 2025. Il s'agit de ne pas "reproduire les erreurs du passé", a-t-il souligné. Concernant l'exposition universelle, l'ancien patron de l'OMC Pascal Lamy va être nommé pour piloter la candidature française.

LA DEFENSE

Le principal quartier d'affaires de la région parisienne "est confronté aujourd'hui à une crise de son modèle économique qui met en cause son avenir", a reconnu Manuel Valls. "Le moment est venu de réexaminer son développement et sa gouvernance pour lui donner les moyens de conforter sa position, en lien avec les autres quartiers d'affaires du Grand Paris", a-t-il dit. Un rapport a été demandé au préfet de la région Ile-de-France, qui devra être remis sous 3 mois.

REFORME D'UNE TAXE SUR LA CREATION DE BUREAUX

La redevance pour création de bureaux, commerces et entrepôts (RCBE) va être revue. Le dispositif va être "redéfini" afin de le simplifier et les grilles tarifaires seront modifiées afin de répartir "de manière plus équitable" en fonction des zones franciliennes. La mesure sera présentée d'ici juin et inscrite dans la prochaine loi de finances.