• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Parcoursup en Île-de-France : des recalés et des places vacantes

En Île-de-France, quelques 16 000 places sont encore vacantes notamment dans les filières sélectives. / © PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP
En Île-de-France, quelques 16 000 places sont encore vacantes notamment dans les filières sélectives. / © PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Près de 8000 jeunes sont encore sans affectation. Et pourtant, de nombreuses places sont encore disponibles dans toutes les filières. Près de 16 000 rien qu'en Ile-de-France. 

Par A.B

Le 6 septembre s'est achevée la phase principale d’inscription dans l’enseignement supérieur. Sur les 811 000 jeunes inscrits sur Parcoursup, quelque 580 000 d'entre eux ont accepté une proposition, 180 000 ont quitté la plateforme et 40 000 sont dits "inactifs". Près de 8 000 élèves sont encore sans aucune proposition (dont 3000 bacheliers) et, surprenant, 127 000 places restent vacantes.
 
 

Des places disponibles dans des écoles préparatoires prestigieuses

En Ile-de-France, plus de 16 000 places sont vacantes, notamment dans l'Académie de Paris avec près de 9800 places non pourvues. Il y a ensuite l'académie de Créteil (environ 4000 places) et celle de Versailles (3875 places). Cela représente près de 23 % des places dans l'enseignement supérieur et elles concernent toutes les filières y compris les prépas ou licences en tension. En classes préparatoires aux grandes écoles, on comptait début septembre encore 646 places à Paris, 556 à Versailles et 312 places dans l'académie de Créteil. Et ce dans les établissements prestigieux comme les lycées Chaptal, Fénelon, Janson-de-Sailly, Saint-Louis-de-Gonzague, Charlemagne à Paris ou le lycée Hoche à Versailles.

Même constat dans les BTS (2153 places en Ile-de-France) et en DUT (350 places). Dans les universités, la phase complémentaire comptait encore 2237 places vacantes en licence à Créteil, 4980 à Paris et 1829 à Versailles. Y compris dans les licences dites en tension comme Paces (plus de 300), là où précisément les universités avaient dû pratiquer des tirages au sort l'an passé. Cela s'explique en partie par l'augmentation de la capacité d'accueil au début de l'été. Et des quotas avec un taux de bacheliers hors académie fixé à 1 %.

Parcoursup se poursuit jusqu'au 21 septembre. D'ici là, les commissions d'accès à l'enseignement supérieur doivent faire aux candidats sans affectation une proposition en adéquation avec leur dossier et leur projet. Un bilan chiffré et qualitatif de Parcoursup sera ensuite effectué, avec une série de mesures pour améliorer le dispositif.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La compagnie Carabosse enflamme le parc de la Villette

Les + Lus