La tempête Bella balaye l'Île-de-France

Avec des vents ayant atteint par endroits les 100 km/h, les pompiers ont été appelés hier plus d'une centaine de fois dans la région pour intervenir sur des dégagements de chaussée, voire des chutes d’arbres.

Arpajon, dimanche 27 décembre 2020. La tempête Bella a provoqué la chute de nombreux arbres comme ici à l’angle de la rue Verdier et du boulevard Abel-Cornaton à Arpajon. Crédit photo : Mairie Arpajon
Arpajon, dimanche 27 décembre 2020. La tempête Bella a provoqué la chute de nombreux arbres comme ici à l’angle de la rue Verdier et du boulevard Abel-Cornaton à Arpajon. Crédit photo : Mairie Arpajon

Ce week-end, la tempête Bella a marqué Paris et l’Île-de-France de son passage. Dimanche, des rafales de vents ont été enregistrées à plus de 145 km/h au sommet de la Tour Eiffel. L’Essonne, les Hauts-de-Seine et le Val d'Oise ont également subit des dégâts.

Dans l'Essonne, les pompiers ont été appelés hier près de 80 fois pour intervenir sur des dégagements de chaussée, voire des chutes d’arbres. Ce fut le cas à Viry-Chatillon, au Marais ou encore à Arpajon, où un arbre a été découvert, couché sur la route, balayé par le vent, à l'angle de la rue Verdier et du boulevard Abel-Cornaton. Des palissades sont également tombées rue du 8 mai 1945. Des gendarmes ont été mobilisés en plus des pompiers. Dans la ville de Yerres, des branches sont "tombées" et des tuiles se sont "envolées", comme l’indiquait hier le maire de la commune sur Twitter.

Sous l’effet du vent, un poteau électrique est également tombé dans la commune de Pussay. Les habitants ont ainsi été privés d’électricité pendant deux heures. Toujours selon le Parisien, aucun blessé n’est pour l’instant à déplorer dans le département.

Des chutes de branches et d'arbres ont également été recensées dans le Val d'Oise. "Il n'y a aucune victime à déplorer ni de bâtiment du patrimoine touché", a assuré hier le service départemental d'incendie et de secours du Val-d'Oise, cité par le site d'information La Gazette Val d'Oise. Sur sa page Facebook, le premier adjoint au maire de Magny-en-Vexin Thomas Vatel indiquait hier que si la commune a été touchée par "des rafales de 86 km/h", la tempête n’a "pas fait de gros dégâts".

Les Hauts-de-Seine aussi ont eu leur lot de dégâts. C'est principalement du mobilier "urbain" qui a subi les vents violents de Bella, comme par exemple dans la ville de Puteaux.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets