• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Greenpeace sur la Tour Eiffel : douze personnes placées en garde à vue

© Jacques DEMARTHON / AFP
© Jacques DEMARTHON / AFP

Après le déploiement d'une banderole anti-FN sur la Tour Eiffel par l'association Greenpeace, douze personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

Par Valentine Ponsy

Ce vendredi, un peu avant 6 heures, ils étaient une dizaine de militants au pied de la Tour Eiffel. Ils ont escaladé la tour par le pilier Nord. Rapidement alertés, la police et les pompiers ont été dépêchés sur place.  Les militants ont été évacués mais ils ont eu le temps d'installer leur banderole qui portait la devise de la République, la signature de l'association et la mention #resist. Douze personnes ont été interpellées.

Selon la préfecture un filet de protection de la tour a été dégradé par l'action des militants.

Une réunion d'urgence s'est tenue à la préfecture de police avec la Ville de Paris et la société d'exploitation de la Tour Eiffel. Dans un communiqué, la préfecture de police reconnait des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité. "Quelles que soient les motivations de cette action médiatique , précise le communiqué, elle révèle d'évidence, dans le contexte actuel, des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité de la tour Eiffel". En effet, les militants ont passé sans difficulté le périimètre de sécurité installé autour du monument.

 

A lire aussi

Portrait du sculpteur Denis Monfleur dans son atelier

Les + Lus