Guerre en Ukraine : le Kiev City Ballet trouve refuge au Théâtre du Châtelet

Publié le Mis à jour le
Écrit par Tom Rousset

Le grand théâtre parisien du Châtelet est devenu, pour autant de temps qu'elle le souhaite le refuge artistique de la troupe du Kiev City Ballet. Un soulagement pour ces artistes qui ont fui la guerre.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

"Cette scène va nous permettre de continuer à partager notre passion", pour la directrice artistique Ekaterina Kozova et toute sa troupe du Kiev City Ballet, c'est le soulagement. La Ville de Paris met à disposition, tant que la troupe ukrainienne le souhaite, les locaux du théâtre du Châtelet.

La quarantaine de danseurs est désormais en résidence depuis jeudi dans la salle parisienne et dispose d'une salle de répétitions et de loges pour poursuivre leur pratique artistique. Pour l'équipe du célèbre théâtre, cet accueil sonne comme une évidence : "on a imaginé cela comme une résidence solidaire avec des équipements qui leur permettront de travailler au quotidien", se réjouit Fréderic Ivrnel, Porte-parole et DRH du théâtre.

Cette ouverture, voulue par la Mairie de Paris, est une manière "d'organiser la résistance", selon l'édile de la capitale, Anne Hidalgo. L'élue se félicite de cette opération en ce qu'elle permet aux artistes de "continuer à créer librement", a-t-elle précisé à France 3 Paris Île-de-France ce samedi à la suite d'une représentation de Casse-Noisette par la troupe ukrainienne.

 "Nous sommes heureux d'être sous un ciel pacifique"  

Pour la troupe, cette résidence constitue un soulagement comme l'explique son directeur Ivan Kozlov : "Nous sommes heureux d'être sous un ciel pacifique et nous pensons à nos familles qui sont en guerre en Ukraine". Une guerre que les membres de la troupe ont souhaité fuir et à propos de laquelle certains d'entre eux se disent sous le choc.

"Personne n'a vraiment compris, on y croyait pas", raconte un des danseurs. Cependant, malgré la distance qui les sépare des leurs, les artistes restent très attentifs aux déroulé des événements dans leur pays. Du point de vue artistique, cette résidence constitue pour eux un lieu de résistance. "La résistance passe par l'art, lorsque nous sommes sur scène, seul la danse compte, mais le fait de pouvoir continuer à nous exprimer librement à travers notre art constitue un acte politique", explique le directeur de la troupe. Enfin, le directeur du théâtre du Châtelet a lancé ce samedi un appel à d'autres théâtres à "s'engager" à accueillir des artistes ukrainiens. Une démarche que plusieurs établissements ont annoncé qu'ils suivraient dans les prochains jours