En images. 10 photos qui ont marqué deux mois de confinement dans la région parisienne

Instauré le 17 mars, le confinement aura duré huit semaines au total. Deux mois qui ont mis à l'épreuve des habitants, des services publics et suscités des élans de solidarité. Et permis à de nombreux Parisiens de découvrir leur ville à l'arrêt.

Les rues de Paris ont été désertées pendant ces semaines de confinement.
Les rues de Paris ont été désertées pendant ces semaines de confinement. © IP3 PRESS/MAXPPP
Dès la propagation du coronavirus, les personnels soignants se sont mobilisés pour affronter cette situation de crise sanitaire. Les hôpitaux ont dû s'adapter à la situation, particulièrement en Île-de-France, qui est rapidement devenue la région la plus touchée par le Covid-19.
Une infirmière de l'unité Covid-19 à l'hôpital Lariboisière à Paris (Xe). Photo prise le 27 avril 2020
Une infirmière de l'unité Covid-19 à l'hôpital Lariboisière à Paris (Xe). Photo prise le 27 avril 2020 © JOEL SAGET / AFP
Face à un risque de saturation des hôpitaux de la région, des trains ont été réquisitionnés pour transférer les patients vers des régions moins touchées par le virus, comme l'ouest ou la région Centre-Val-de-Loire.
Des patients évacués de la gare d'Austerlitz vers des hôpitaux de l'ouest de la France moins touchés par l'épidémie. Photo prise le 1er avril 2020
Des patients évacués de la gare d'Austerlitz vers des hôpitaux de l'ouest de la France moins touchés par l'épidémie. Photo prise le 1er avril 2020 © THOMAS SAMSON / POOL / AFP
Parmi les populations les plus touchées figurent les résidents des Ehpad (les établissements d'hébergement pour les personnes âgées dépendantes) où la mortalité a fortement augmenté dans certains de ces établissements.
Des résidents d'un Ehpad à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). La plupart des établissements ont eu des résidents touchés par le Covid-19.
Des résidents d'un Ehpad à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). La plupart des établissements ont eu des résidents touchés par le Covid-19. © JOEL SAGET / AFP
Rapidement, les Franciliens comme le reste de la population française a tenu à rendre hommage à tous ceux qui participent à la lutte contre la propagation du virus, en premier lieu les personnels soignants.
Des Parisiens applaudissent en hommage au personnel soignant à 20h. Photo prise le 14 avril 2020.
Des Parisiens applaudissent en hommage au personnel soignant à 20h. Photo prise le 14 avril 2020. © MARTIN BUREAU / AFP
Ces huit semaines de confinement auront marqué les Franciliens qui pour certains, ont dû vivre dans des petites surfaces. Et scènes inédites, l'agglomération parisienne s'est presque figée.
Avec la mise en place du confinement, Paris a été déserté par ses habitants. Ici, le palais du Louvre le 9 mai 2020.
Avec la mise en place du confinement, Paris a été déserté par ses habitants. Ici, le palais du Louvre le 9 mai 2020. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
De nombreux habitants ont essayé de trouver des soupapes de décompression comme l'heure d'activités physiques pour prendre un peu l'air. Trop, selon les autorités qui ont interdit la fréquentation de nombreux lieux comme les voies sur berges.
Des Parisiens sur les bords de Seine qui tentaient d'échapper au confinement, le 19 mars 2020.
Des Parisiens sur les bords de Seine qui tentaient d'échapper au confinement, le 19 mars 2020. © IP3 PRESS/MAXPPP
Du côté des transports en commun, la chute de fréquentation a été très importante. Le métro parisien, habituellement si encombré, était bien vide.
Les transports en commun ont été désertés avec la mise en place du confinement. Photo prise le 9 avril 2020
Les transports en commun ont été désertés avec la mise en place du confinement. Photo prise le 9 avril 2020 © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
La RATP s'est ainsi préparée au retour de nombreux voyageurs et utilise le "nudge", ces affichages pour encourager les usagers à respecter les mesures de distanciation physique.
Des indications pour faire respecter les distanciations physiques à la station Château de Vincennes. Photo prise le 4 mai 2020
Des indications pour faire respecter les distanciations physiques à la station Château de Vincennes. Photo prise le 4 mai 2020 © BERTRAND GUAY / AFP
Le port du masque y sera obligatoire. Des masques qui ont été très difficilement accessibles pour de nombreux personnels soignants, en particulier au début de la propagation du virus. La France a ainsi fait une commande géante à la Chine qui a livré des millions de ces masques grâce à des avions géants.
L'Antonov An 225, le plus gros avion du monde, livre des masques à l'aéroport de Vatry en provenance de Chine. Il transportait 150 tonnes de fret composé de masques et gants contre le Covid-19.
L'Antonov An 225, le plus gros avion du monde, livre des masques à l'aéroport de Vatry en provenance de Chine. Il transportait 150 tonnes de fret composé de masques et gants contre le Covid-19. © MAXPPP
Cette pénurie de masques comme d'autres objets a aussi permis de multiples élans de solidarité avec de nombreuses personnes qui ont bénévolement offert ou créer des accessoires pour les personnels soignants ou en difficulté.
Marie, une femme âgée de 31 ans propriétaire de deux marques de vêtements coud des masques bénévolement à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), le 8 mai 2020.
Marie, une femme âgée de 31 ans propriétaire de deux marques de vêtements coud des masques bénévolement à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), le 8 mai 2020. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : envie d'évasion santé société coronavirus
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter