La chasse aux billets à Paris interdite ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par MR/AFP

Une chasse aux billets de banque en plein juillet dans les rues de Paris ? C'est le projet d'un homme d'affaires américain, qui a déjà organisé de telles opérations aux Etats-Unis, mais la police envisage de l'interdire.

La décision de la préfecture de police risque de faire quelques déçus. Il y a quelques jours un riche homme d'affaires américain annonçait qu'il allait cacher dans les rues de Paris des enveloppes contenant quelques billets. L'idée semble amusante mais pas pour la préfecture de police. Celle-ci craint les débordements. Le préfet a rappelé qu'un article du code pénal datant de mars 2011 prévoit que "la distribution sur la voie publique, à des fins publicitaires, de pièces de monnaie ou de billets de banque ayant cours légal est puni de six mois d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende". Ce dernier est intervenu lundi devant le conseil de Paris. "Si l'organisateur n'y renonce pas (...) l'hypothèse d'une interdiction est actuellement à l'étude",
"dès lors que les modalités de cette opération, sur lesquelles nous ne disposons d'aucune précision aujourd'hui, laisseraient craindre le moindre risque de trouble à l'ordre public", a-t-il prévenu. Il a toutefois relevé que, pour l'instant, l'organisateur n'avait "pas cru bon prendre contact" avec ses services et qu'il ne s'agissait donc que d'une "déclaration d'intention relayée par les réseaux sociaux".

La législateur s'était penché sur la question de la distribution d'argent après un épisode mouvementé à Paris : en novembre 2009, une société avait souhaité procéder à une distribution de billets de banque sur le Champ de Mars. Mais la préfecture de police, en raison de la trop forte affluence, avait demandé aux organisateurs de renoncer au dernier moment, déclenchant des incidents.

Le conseiller de Paris Jean-Bernard Bros (PRG) avait interpellé la semaine dernière, par courrier, le préfet de police de Paris Bernard Boucault, lui demandant d'interdire une telle manifestation.


Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité