Cet article date de plus de 6 ans

Les salariés de Jean-Paul Gaultier sont en grève ce jeudi

Les salariés ont prévu d'observer un mouvement de grève jeudi entre 12H00 et 15H00, et de manifester dans le quartier des Champs-Elysées.

Les salariés de la société Jean Paul Gautier sont en grève aujourd'hui. En cause, un projet de 29 licenciements selon les représentants du personnel, qui fait suite à la La grève doit avoir lieu entre midi et 15h, et une manifestation est prévue sur les Champs Elysées.

Le président de la division mode du groupe Puig (auquel appartient la société Jean Paul Gaultier), Ralph Toledano, interrogé mercredi par l'AFP, a refusé de commenter la "procédure en cours". "Le droit de grève est un droit reconnu dans la législation française", a-t-il ajouté. "Les membres du Comité d'entreprise et du CHSCT déplorent l'ampleur de la réorganisation et le nombre de licenciements envisagés alors même que la situation économique du groupe Puig est excellente", indiquent ces organisations représentatives du personnel dans un communiqué.

Elles dénoncent aussi "la faiblesse des mesures proposées pour l'accompagnement des salariés dont le licenciement est envisagé", "l'absence de garanties réelles sur la pérennité des activités de la société Jean Paul Gaultier SAS", et estiment que "la direction n'a pas satisfait à son obligation de les informer de façon complète, transparente et loyale". Les salariés ont prévu d'observer un mouvement de grève jeudi entre 12H00 et 15H00, et de manifester dans le quartier des Champs-Elysées. Selon le CE, le projet de réorganisation prévoit 42 suppressions de postes sur 104, dont 29 licenciements, liés notamment à la fermeture à Paris de deux boutiques et d'un point de vente, en raison de l'arrêt par la marque du prêt-à-porter.

Jean Paul Gaultier avait créé la stupeur le 15 septembre, une semaine avant le début de la Fashion week parisienne, en annonçant qu'il cessait le prêt-à-porter après une quarantaine d'années de collections, pour se concentrer sur la haute couture et les parfums.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie mode