Les touristes reviennent à Paris et dans sa région et parmi eux, il y a des Franciliens

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Taubert

L'année 2019 avait été particulièrement bonne. De récents chiffres montrent une reprise du tourisme à Paris et dans sa région. Si la fréquentation n'atteint pas l'avant-crise sanitaire, elle est en forte hausse.

Des terrasses pleines, des selfies devant la Tour Eiffel ou la pyramide du Louvre : les touristes montrent le bout de leur nez à Paris. "La reprise est vraiment là", indique par exemple Jean-François Martins, le président de la société d'exploitation de la tour, ce samedi sur franceinfo.

Selon lui, les deux dernières semaines montrent des signes particulièrement encourageants avec un pic de fréquentation lors du week-end de Pâques avec des "niveaux quasiment comparables à ceux de 2019 donc c'est une très bonne nouvelle pour nous après deux années qui ont été compliquées", poursuit-il.

Première destination mondiale

Avec 50,3 millions de visiteurs en 2019, l'Île-de-France reste la première destination mondiale. Mais la capitale et par répercussion, les territoires limitrophes, ont fortement soufferts de l'absence de la clientèle étrangère.

"L'autre bonne nouvelle, c'est le retour des clientèles étrangères, et notamment à Paris, qui était la dernière destination à progresser et qui retrouve des chiffres dignes de l'avant crise avec, pour la première fois en ce mois d'avril, des taux d'occupation et des recettes moyennes qui progressent par rapport à 2019, ce qui ne s'était pas vu depuis deux ans", explique Didier Arino, directeur général du cabinet conseil Pro-tourisme sur franceinfo.

Selon le baromètre de conjoncture du mois de mars établi par VisitParisRégion, cette tendance devrait s'inscrire dans le temps. Ainsi plus de la moitié des professionnels du tourisme interrogés (54%) "qualifient de bonne l'activité du mois de mars et par rapport à la même période de l'année dernière, les trois quarts d'entre eux (75%) l'estiment en hausse".

Selon trois-quarts d'entre eux, "la guerre en Ukraine n'a pas eu d'incidence sur l'activité du mois de mars et 8 professionnels sur 10 n'ont pas à ce jour constaté d'annulations des réservations pour les prochains mois", expliquent les auteurs de l'enquête.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @anna_vgh

Les touristes français au rendez-vous

Cependant, l'activité touristique souffre du manque de certaines clientèles qui ont stoppé leurs voyages. "L'Asie qui est très fermée, très confinée. Majoritairement ces marchés long courrier : la Chine, l'Australie, le Japon. Et puis les Britanniques ne sont pas encore pleinement revenus, en tout cas pas autant que les autres Européens. Il y a un facteur pluriel sur la Grande-Bretagne : le Brexit, les visas, le cours de la livre par rapport à l'euro… Il y a plein de phénomènes, par rapport aux Britanniques, qui expliquent que la reprise est un peu plus longue", affirme Jean-François Martins, le président de la société d'exploitation de la Tour Eiffel.

Mais le manque de cette clientèle est en partie compensé par une hausse surprise des touristes français. "On est presque à un visiteur sur quatre qui est un Français et c'est un vrai plaisir pour nous de pouvoir repartager la Tour Eiffel avec une partie des Français qui peut-être l'avait boudée en se disant qu'il y avait trop de touristes", ajoute M. Martins.

Selon lui, ces visiteurs français viennent souvent de la région et redécouvrent un tourisme local.