• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Interview. Marcel Campion candidat à Paris “contre les incompétents et les affairistes”

Le "roi des forains", place de la République, le 17 janvier 2018. / © Sadak Souici/MAXPPP
Le "roi des forains", place de la République, le 17 janvier 2018. / © Sadak Souici/MAXPPP

En créant le mouvement "Paris Libéré", Marcel Campion est entré en politique. Fin septembre, il dévoilera son programme et les 17 têtes de listes présentées dans tous les arrondissements lors des prochaines élections municipales à Paris. Il explique pourquoi il se lance dans la bataille.

Par Valentine Ponsy

Pourquoi décidez-vous de vous lancer dans la politique maintenant à 78 ans ?
Marcel Campion : Je suis parisien, je suis né à Paris, je vis et je vote à Paris depuis 40 ans. Je suis effaré de voir l’état dans lequel se trouve la capitale aussi sale et aussi délabrée. On est passé du Paris enchanté au Paris en chantier.
J’ai déjà un mouvement « Paris libéré » depuis plusieurs mois. Lors de notre dernière réunion qui s’est tenue dans le 12ème arrondissement plusieurs centaines de personnes sont venues. Nous avons décidé avec des personnes issues de la société civile de nous mettre dans la course et de ne pas laisser les incompétents à la barre. Car ce sont des incompétents. Anne Hidalgo avait promis qu’elle n’augmenterait pas les impôts. C’est vrai, elle ne les a pas augmentés mais il y a aujourd’hui 6 milliards de dettes !
Quelles seront les grandes lignes de votre programme ?
Nous organiserons à la fin du mois de septembre une conférence de presse. Nous allons prendre des mesures de bon sens et proposer une "gestion de la ville en bon père de famille". Par exemple la responsabilité du maire sera engagée en cas de faute lourde. Il sera en responsabilité sur ses deniers personnels. Cela ne s’est jamais fait.
Les voies sur berges. C’est une tartufferie de fermer ces voies et de voir des kilomètres de bouchon sur les quais hauts. Je propose de laisser les voitures y circuler pendant la semaine et les rendre aux piétons le week-end. Paris doit être une ville active, dynamique.

On a quand même l’impression que vous faites tout pour vous opposer à Anne Hidalgo ?
Vous le dites c’est une impression. C’est surtout contre les incompétents et les affairistes. J’ai fait partie des comités de soutien de Chirac, de Tiberi et de Hidalgo. Je les connais tous. Il y a beaucoup d’affairistes autour d’Anne Hidalgo.

Qui sont les candidats ?
Il y a 17 candidats, ils se présenteront eux-mêmes lors de notre conférence de rentrée.

Serez-vous candidat vous aussi ?
Je serai candidat dans le 1er arrondissement. Anne Hidalgo s’est préparé un fief en regroupant  les Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements. Selon elle, ses arrondissements votent à gauche. Une partie votent effectivement à gauche mais pas tous. Je serai tête de liste là où j’habite.

Vous vous situez plutôt à droite ou à gauche ?
Nulle part. Vous savez on m’a affublé l’étiquette communiste il y a 40 ans parce que j’installais mes manèges dans les communes de la banlieue rouge. On a dit que j’étais chiraquien lorsque j’ai installé mes foires à Paris. Moi vous savez j’invite tous les politiques. La dernière fois seuls Marine Le Pen et Florian Philippot ont répondu à mon invitation. Ce sont des raccourcis de journalistes. Je ne suis ni à droite ni à gauche. Je suis quelqu’un de populaire. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Paris est-elle vraiment une capitale sale ?

Les + Lus