• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Médecins ou policiers, ils dénoncent le nouveau système de contraventions à Paris

Les nouveaux agents contrôleurs de stationnement payant à Paris sont employés par deux sociétés privées, Moovia et Streeteo. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Les nouveaux agents contrôleurs de stationnement payant à Paris sont employés par deux sociétés privées, Moovia et Streeteo. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Depuis le 1er janvier, les contraventions sont distribuées par des sociétés privées. Et les nouveaux agents n’ont pour l’instant pas l’air de faire des exceptions, notamment pour les véhicules non siglés des policiers et chez les médecins.

Par Pierre De Baudouin

Jusqu’ici, les policiers n’avaient pas trop l’habitude de recevoir des contredanses. D’où un certain agacement depuis le début d’année : plusieurs véhicules personnels et certaines voitures banalisées ont été verbalisés sur des stationnements payants.

Depuis le 1er janvier, plus de 200 agents ont en fait reçu des contraventions selon les syndicats, qui dénoncent un manque de discernement.

REPORTAGE. Médecins ou policiers, ils dénoncent le nouveau système de contraventions à Paris (Pierre de Baudouin et Gilles Bezou).
Médecins ou policiers, ils dénoncent le nouveau système de contraventions à Paris

Confusions et bugs chez les nouveaux agents verbalisateurs

Depuis début 2018, le système de verbalisation - désormais géré par la ville et délégué à des sociétés privées - a beaucoup changé à Paris. Les contredanses sont en effet maintenant distribuées par Moovia et Streeteo, et leurs agents n'ont pour l'instant pas l'habitude de faire des exceptions.

Mais la confusion touche aussi les médecins, censés être dispensés d'amende avec une carte de stationnement spéciale. Neuf professionnels en visite ont notamment été verbalisés depuis le début de l’année, chez SOS Médecins.

La mairie de Paris, elle, promet de régler les loupés au plus vite, en réfléchissant à des solutions pour les policiers (comme des places de parkings réservées). En attendant, il faudra continuer à se garer dans la rue, et supporter quelques amendes de plus.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus